Arrêté en Algérie, que risque l’homme d’affaire tunisien Nabil Karoui ?

Propriétaire de la chaîne maghrébine Nessma TV, l’homme d’affaires et dirigeant de la formation politique Qalb Tounes, Nabil Karoui, a été arrêté par les services de sécurité algériens à Tébessa.

Quelques semaines après avoir quitté la prison de Mornaguia, l’ex-candidat à la présidentielle est de retour au tribunal, jugé cette fois en Algérie pour “séjour illégal sur le territoire national”.

Nabil Karoui aurait été arrêté avec son frère, le député Ghazi Karoui par les autorités algériennes dans un appartement situé au centre de la wilaya de Tébessa près de la frontière algéro-tunisienne.

Disparus des radars depuis les annonces présidentielles de geler les activités parlementaires et d’éjecter le chef du gouvernement, les frères Karoui auraient fui la Tunisie clandestinement grâce à des complicités.

Ils risquent une peine de 6 mois à 2 ans de prison et une amende de 50 mille à 200 mille dinars algériens, outre l’expulsion et l’interdiction de séjour sur le territoire algérien pendant 10 ans, conformément aux articles 30, 41, 42 et 44 de la loi du 25 juin 2008 relative aux délits de séjour illégal et d’entrée illégale.

Cependant, le site algérien d’information “l’Avant-Garde” révèle que Nabil et Ghazi Karoui seront livrés à la Tunisie dans les heures à venir en échange au réfugié politique algérien Slimane Bouhafs.

Selon l’Avant-Garde, “Slimane Bouhafs a été victime d’un accord d’échange conclu par Tunis avec Alger pour rapatrier l’homme d’affaires Nabil Karoui, établi depuis quelques semaines en Algérie”. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *