Enquête. Affaire Ramón Blecua/Nupur Tron-Chowdhry : Une « Mata Hari » au cœur des institutions de l’Union européenne ?

Un véritable parfum de scandale remonte depuis quelques temps des services de Federica Mogherini, patronne de la diplomatie de l’Union européenne. En effet, une importante transaction immobilière conclue à Bruxelles par Nupur Chowdhry, compagne de Ramón Blecua, ambassadeur de l’UE en Irak soulève depuis quelques mois plusieurs interrogations.

D’après plusieurs médias belges, Nupur Chowdhry, 44 ans, «jeune princesse indienne et ambassadrice culturelle d’Inde en Europe», épouse du diplomate espagnol Ramon Blecua, actuel ambassadeur de l’UE en Irak, a fait l’acquisition de l’hôtel Frison, sis rue Lebeau dans le centre-ville chic de Bruxelles. Cela dit, un halo de mystère semble entourer la transaction autour de ce palais art nouveau construit en 1894 par le grand architecte belge Víctor Horta. Si le journal La Libre Belgique du 26 décembre 2017 évoque une transaction de 1 million 700 mille euros, le journal L’avenir du 08 mars 2018  affirme quant à lui que l’investissement aurait atteint la coquette somme de 9 millions d’euros. Selon la télévision belge «la nouvelle propriétaire aurait prévu un budget de 5 millions d’euros pour les travaux de restauration du bâtiment».

L’importance de la transaction et l’identité de l’acheteur ont suscité un grand intérêt médiatique en Belgique et en Espagne où un quotidien madrilène a publié plusieurs articles sur le couple Chowdhry/Blecua qui mène une véritable vie de château au cœur de la capitale de l’Europe. L’enquête menée par le journal espagnol nous apprend que Nupur Chowdhry n’est ni princesse ni ambassadrice, et que son CV serait une succession de « mensonges et d’affabulations ». Pis encore, Ramon Blecua aurait été dénoncé pour sa proximité avec le régime iranien. Le quotidien espagnol soutient sans équivoque que ni l’une ni l’autre ne justifient de revenus ou de fortune pouvant expliquer une telle acquisition immobilière, soulignant au passage que toutes les déclarations de Nupur Chowdhry aux médias belges seraient « fausses ou biaisées ». Alors d’où vient tout cet argent qui a permis cette opération ?

Nupur ChowdhryFausse princesse…redoutable roturière

Interrogé fin mai 2018 par le même journal espagnol, l’ambassadeur Ramon Blecua a affirmé n’avoir eu aucun lien avec l’achat de la propriété et a prétendu s’être séparé de Nupur Chowdhry dès fin 2016. Pourtant le 6 juillet 2017, date de la finalisation de l’opération immobilière, Nupur Chowdhry et Ramón Blecua sont toujours formellement en couple et au mois de février 2018, ils sont tous les deux domiciliés au fameux hôtel Frison. Pressé par le journal de justifier l’origine de l’argent investit dans une propriété dont sa fille âgée de 4 ans, Arya Tara Blecua Chowdhry, est la titulaire et héritière unique, l’ambassadeur refuse de répondre. Pourquoi?

Deux journalistes, un espagnol et un indien, se sont intéressés de très près à ce mystère. Et ils sont catégoriques à ce sujet. Nupur Chowdhry serait une « mystificatrice» dont les parents seraient à ce jour inconnus. En outre, elle n’aurait aucune fortune. Ses apparitions à répétition dans les médias belges auraient eu pour objectif de créer un semblant d’illusion autour d’un personnage « riche et d’ascendance noble ».

Malgré une grande capacité à brouiller les pistes et à se créer une nouvelle identité à chaque étape de sa vie, on retrouve la trace de Nupur Chowdhry, une première fois, aux États-Unis où un acte de mariage à son nom figure au registre civil de l’Etat du Nevada. Elle y aurait épousé, le 15 Mai 1998, le citoyen américain El Jordon dans la ville de Douglas. Quelques années plus tard, elle réapparaît en France sous le nom de Nupur Tron. Dans sa rubrique mariage, le magazine WWD, dans son édition du 5 octobre 2006, rapporte le mariage de la «princesse indienne Nupur Jordon» et du jeune Frédéric Tron. Le faire-part nous apprend que la mariée a été conduite à l’hôtel par son «oncle» El Jordon, en réalité son premier mari américain. Dans la foulée, elle s’établit avec son nouveau mari Frédéric Tron à Courbevoie et s’essaie successivement à de petites activités comme l’achat et la revente de petites pièces d’artisanat indien. Elle se lie pendant un moment à Dan Oiknine, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-indienne et surtout, à l’époque, gendre de l’influent maire de Levallois Perret et ami intime de Nicolas Sarkozy, Patrick Balkany.

Deux mariages et beaucoup de mystère

Cette proximité lui permet de participer aux activités de la Chambre de Commerce et de se créer un petit réseau avant que cette ultime relation ne prenne fin brutalement. En 2012, Lors d’un voyage à New Delhi, où elle vient souvent s’approvisionner en breloques qu’elle revend à Paris, Nupur fait la connaissance de Ramón Blecua, diplomate espagnol en poste dans la capitale indienne. Rapidement elle s’installe avec lui. En mai 2014, après deux ans de vie commune et la naissance d’une petite fille, Nupur Chowdhry et Ramón Blecua formalisent leur relation par un contrat de vie commune ou union de fait auprès de l’autorité consulaire de l’ambassade d’Espagne à New Delhi. Son divorce de Frédéric Tron avait été prononcé quelques semaines auparavant. En juillet 2014 le couple quitte définitivement l’Inde pour Madrid, il y demeure quelques mois avant de rejoindre Bruxelles où Ramón Blecua obtient le poste de conseiller politique à l’ambassade de l’UE au Yémen.

Après avoir longtemps exercé au sein du ministère des Affaires étrangères espagnol à des postes qui l’ont mené à Buenos Aires, Le Caire, Djakarta, New Delhi et à deux reprises à Téhéran, il décide d’intégrer le service européen après un énième refus de sa hiérarchie de le nommer ambassadeur du Royaume d’Espagne. Sa nomination au Yémen coïncide avec la fermeture pour raisons de sécurité de la représentation de l’UE dans ce pays. Il exercera alors ses fonctions diplomatiques à partir du service central à Bruxelles. Durant près de trois ans, jusqu’à l’été 2017, le couple Ramon Blecua/Nupur Chowdhry habite, en location, un petit appartement de 2 pièces sis place du Petit Sablon. Ramon Blecua postule par la suite au poste d’ambassadeur de l’UE en Irak.

Etrange nomination à la diplomatie européenne

Ramon Blecua obtient le poste à l’issue de son entretien avec Federica Mogherini, responsable de la politique extérieure de l’UE. Celle-ci écarte les cinq autres candidats qui ont postulé au poste et porte son choix sur Blecua. La trop grande proximité de Ramon Blecua avec les positions iraniennes au Yémen, dénoncée par l’Arabie Saoudite, et le fait inédit que le ministère des Affaires étrangères espagnol n’appuie pas sa candidature ne suffisent pas à entraver sa nomination comme ambassadeur de l’UE en Irak en septembre 2017.

Deux mois auparavant, en juillet 2017, sa compagne Nupur Chowdhry a finalisé l’achat de l’Hôtel Frison auprès de la famille Visser, domiciliée à St MARTÍN dans les Antilles Néerlandaises et à Amsterdam aux Pays Bas. Le montant de la transaction figurant sur le contrat de vente est de 1.400.000 euros pour une superficie cadastrale de 273 m2. Cette somme est payée par Nupur Chowdhry, au moyen de deux virements provenant de deux comptes bancaires différents, l’un d’une somme de 140.000 euros depuis le compte BE287350463220720 et l’autre d’une somme de 1.260.000 euros depuis le compte bancaire numéro BE98730000000093. Sur ce même contrat il apparaît curieusement que Nupur Chowdhry est déjà domiciliée légalement dans la propriété qu’elle s’apprête à acquérir. Que signifie tout cela ? Le compromis de vente signé en mars 2017 a-t-il permis au couple d’établir sa résidence au 37 rue Lebeau avant même l’achat formel de la propriété? L’hôtel Frison est-il divisé en plusieurs titres de propriété? A-t-il été acheté par étapes? Autant de questions qui restent jusqu’à aujourd’hui sans réponse.

Une femme de ménage qui administre une Fondation

En Février 2018, le couple crée la Fondation privée «Fondation Maison Frison Horta» et entreprend de lui transférer la propriété du bien. Telle qu’elle est définie par la loi belge, la constitution d’une fondation privée permet d’isoler un patrimoine dans le cadre d’une planification successorale et de bénéficier d’abattements fiscaux importants si son « but est désintéressé ». Cette société patrimoniale aura donc pour objet la promotion des échanges culturels entre l’Inde et la Belgique. La loi belge exigeant trois administrateurs, la femme de ménage du couple, l’indienne Newme Heralungyile assumera ce rôle aux côtés de Ramón Blecua et Nupur Chowdhry pour une durée irrévocable de 25 ans. Leur fille de quatre ans est désignée héritière unique. Lorsque Nupur Chowdhry est contactée par un journal espagnol, elle perd son calme, reproche violemment au journaliste son intérêt pour la propriété et refuse de lui donner une quelconque explication sur l’origine des fonds ayant permis la transaction immobilière. Ensuite elle nie en être la propriétaire et déclare que l’hôtel Frison appartient à une fondation mais refuse d’en donner le nom, l’objet ou les promoteurs.

Une fois le document de constitution de la « Fondation Maison Frison Horta » publié par le journal et où ils apparaissent nommément, Ramón Blecua, revient sur la version avancée par Nupur Chowdhry et affirme qu’elle en est l’unique propriétaire. Il se refuse pourtant à donner une quelconque explication sur la soudaine fortune de sa compagne et avance qu’ils ne sont plus en couple. Mais en date du 8 février 2018, c’est-à-dire près de huit mois après l’acquisition formelle de la propriété, Ramón Blecua et Nupur Chowdhry sont tous deux légalement domiciliés à l’hôtel Frison au 37 rue Lebeau, ce qui contredit formellement la thèse de la séparation. Plusieurs témoins reçus par le couple au même Hôtel Frison, parmi les collègues de Ramón Blecua, affirment également avoir été reçus par le couple au même l’hôtel Frison et réfutent catégoriquement une quelconque séparation.

Un autre élément contribue à rendre cette affaire encore plus intrigante. La « fondation Maison Frison Horta », administrée par le couple et sa femme de ménage figure sur le registre des personnes juridiques belges comme « Independent GOVERNMENT Owned Company », selon la dénomination en langue anglaise, c’est-à-dire entité publique propriété d’un gouvernement. Il y apparaît également que la «Fondation Maison Frison Horta» jouit du statut de l’extraterritorialité, propre aux représentations diplomatiques. Pourquoi le domicile privé du couple bénéficie-t-il de ce privilège dans une ville où le statut diplomatique est extrêmement réglementé en raison de la multitude d’organisations gouvernementales internationales y siégeant ?

Ramon Blecua…la main invisible de l’Iran ?

L’explication logique telle qu’elle apparaît sur le moniteur belge est que tout ou une partie de l’hôtel Frison est une entreprise publique propriété d’un gouvernement. En conséquence quel est le rôle exact joué par Ramón Blecua et Nupur Chowdhry ? Partagent-ils la propriété de l’Hôtel Frison avec une entité étrangère ayant un statut diplomatique ? Et si oui pourquoi ?

Le 30 juin 2018, a lieu à Villepinte en banlieue parisienne le « Free Iran Gathering », rassemblement de l’opposition iranienne. Lors d’une session sur l’influence du régime iranien au sein des institutions européennes, en présence de plusieurs personnalités internationales dont Rudolph Giuliani et Giulio Terzi, un ancien ambassadeur américain, Adam Ereli, reprend publiquement les accusations du journal espagnol contre Ramón Blecua. Il insiste sur ses supposées accointances avec le régime iranien. Un événement en particulier a retenu son attention. Blecua a essayé à plusieurs reprises d’obtenir un visa Schengen pour un diplomate iranien en poste à New Delhi. Cette demande sera refusée et fera l’objet d’une alerte émise par le Service d’Information Schengen, SIS, signalant expressément l’interdiction stricte d’entrée sur le territoire européen du « diplomate » en question. Après ce premier refus du consulat d’Espagne concernant la demande de l’officiel iranien, Blecua essaiera de contourner le red flag émis par le SIS en tentant d’obtenir un visa sur un passeport ordinaire et non plus sur le passeport diplomatique. Cette information publiée par le Washington Times entraîne la réaction de Ramón Blecua, qui envoie une lettre à The GULF 2000 Project, un think tank rattaché à l’université de Columbia dans laquelle il accuse le journal espagnol de faire partie « d’une large conspiration menée par les USA et destinée à créer les conditions favorables à une invasion de l’Iran ».

Ramón Blecua cherche-t-il de cette manière à donner une dimension politique à l’affaire et faire oublier l’objet initial de l’enquête du journal, à savoir l’origine de l’argent ayant servi à l’achat de l’Hôtel Frison ? Cette attaque inédite contre la politique américaine par un diplomate de l’UE entraîne l’interpellation de Federica Mogherini dans un article d’opinion signé par Ramón Perez Maura, directeur adjoint du journal ABC le 11 juillet 2018. Dans sa chronique «los intereses de Mogherini», le journaliste demande à Mogherini d’éclairer l’opinion sur sa position par rapport à la théorie développée par Ramón Blecua dans sa missive au think tank américain. Pour unique réaction les services de Federica Mogherini, avaient par la voix de la porte-parole Maja Kocilancic, auparavant communiqué « être au courant des accusations portées à l’encontre de l’ambassadeur Ramón Blecua relatives à sa vie privée et à son précédent poste auprès du ministère espagnol des affaires étrangères. Il a rejeté les accusations et nous n’avons pas de raison de douter de lui», martèle Maja Kocilancic. La porte-parole de Federica Mogherini choisit sciemment d’ignorer que les accusations d’enrichissement suspect versés contre Ramón Blecua concernent des faits ayant eu lieu en 2017 et 2018, c’est-à-dire durant son mandat courant de fonctionnaire de l’Union Européenne.

En septembre 2018, l’affaire connaît d’autres rebondissements. Le site internet «Fondation Frison Horta» est mis en ligne et se propose de donner à découvrir au public la beauté du lieu par l’organisation d’activités culturelles et de visites guidées. Il permet surtout de créer la confusion entre la société patrimoniale «Fondation Maison Frison Horta» et la nouvellement créée entité culturelle «Fondation Frison Horta». Après un long silence médiatique qui a suivi la publication de l’enquête du journal ABC fin mai 2018, Nupur Chowdhry a récemment expliqué dans un article paru le 09 décembre 2018 sur le quotidien indien New Indian Express que l’hôtel Frison a une superficie de 1200 m2 sur 07 niveaux. Il y a quelques jours, le 14 février 2019, elle s’est exprimée sur la radio belge Cathobel et s’est étendue sur les splendeurs de sa «magnifique propriété de 1200 m2 aux 11 cheminées, fresques et verrière d’époque» dont elle vante particulièrement le jardin d’hiver. Le prix du m2 dans le quartier oscillant entre les 4000 et 6000 euros, le montant de la transaction doit logiquement dépasser largement les 1 million 400 mille euros déclarés officiellement. A la question du journaliste sur les raisons de l’installation en Belgique de «l’ambassadrice culturelle d’Inde pour l’Europe», Nupur Chowdhry indique qu’elle a été séduite par la ville mais ne fait nulle mention du véritable motif à savoir l’affectation professionnelle de Ramon Blecua en 2014. Elle ajoute se sentir tellement bien à Bruxelles qu’elle a demandé la nationalité belge. Sans profession, celle-ci n’est éligible à la naturalisation qu’à travers les mystérieux millions investis dans l’achat de l’hôtel Frison. Depuis la publication de l’enquête du journal ABC, le couple tente d’effacer tout lien et aurait entrepris de formaliser sa «séparation» auprès de l’autorité du registre civil madrilène. Il aurait également tenté de défaire la constitution de la «Fondation maison Frison Horta » pour nier toute relation formelle entre Ramón Blecua et l’hôtel Frison.

Face aux faisceaux de soupçons qui pèsent sur ces deux personnages controversés et leurs pratiques douteuses, aucune action n’a été menée par les services de l’UE pour confirmer ou infirmer ces graves soupçons. Une inertie aussi inquiétante qu’inexplicable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *