« La carte brûlée » de Moussa Koussa

Les Britanniques sont surpris par la réaction « froide » du régime libyen après la fuite du ministre des Affaires étrangères, Moussa Koussa, considéré comme un homme clé du dispositif de Mouammar Kadhafi. Dans ce cadre, son successeur [onlypaid]au poste de patron des services de renseignements extérieurs, Abou Zeid Omar Dorda, a expliqué la défection de Moussa Koussa en révélant à un ami, homme d’affaires grec d’origine syrienne qui lui rendait visite vendredi dernier, que le Guide a donné ses consignes afin de ne donner aucune importance au départ de Koussa. Parallèlement, Mohamed, le fils aîné de Mouammar Kadhafi, du premier mariage de ce dernier, qui est toujours resté loin des médias et qui s’occupe principalement du secteur des Télécoms, répète devant ses proches que Moussa Koussa était depuis longtemps  une « carte brûlée ». C’est pourquoi il a été mis sur la touche. Cette précision du fils du guide de la révolution voudrait dire dans le jargon diplomatique que l’ancien ministre des Affaires étrangères, qui se trouve aujourd’hui à Londres, n’apporterait rien de nouveau à ceux qui l’interrogent maintenant.[/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *