Risque imminent d’une explosion sociale en Algérie à cause de l’emprisonnement brutal de tous les oligarques du pays 

L’enferment successif et brutal de presque tous les oligarques algériens n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’Algérie. Si la lutte contre la corruption est une oeuvre vertueuse et nécessaire, les autorités algériennes n’ont pas pris en compte la très importante dimension de l’emploi : des dizaines, voire des centaines d’entreprises sont menacées de déposer la clé sous le paillasson avec le placement en détention de tous leurs actionnaires et managers. En effet, des dizaines de milliers d’emplois sont menacés par la pure et simple disparition.
Et pour cause, tous les plus gros patrons privés du pays sont en prison ! Tahkout emploie 16 mille personnes, Ali Haddad presque 15 mille, Rebrab plus de 18 mille, Oulmi environ 6 mille, Mazouz près de 10 mille travailleurs. Tous ces emplois sont totalement dans l’expectative car les business des entreprises appartenant à ces milliardaires honnis sont en train de s’effondrer les uns après les autres. Les contrats sont annulés, les commandes chutent, la matière première est bloquée, les comptes bancaires sont bloqués, les avoirs gelés, bref, l’activité économique est totalement paralysée.
Des usines entières sont à l’arrêt. Certains groupes comme l’ETRHB d’Ali Haddad a commencé à se séparer d’une partie de ses employés. La crise est terrifiante car les autorités algériennes n’ont nullement pensé à une solution pour parer à cette situation. Qui va nourrir ces milliers de familles algériennes ?
Les employés du groupe Tahkout, du groupe KOUGC des frères Kouninef ont d’ores et déjà commencé à se rassembler pour réclamer leurs droits et une prise en charge de leur avenir. Ces salariés sont conscients qu’ils sont de futurs chômeurs. Et leurs familles livrées à elles-mêmes. Un danger qui pourrait déstabiliser toute l’Algérie sans oublier l’impact international car tous les investisseurs étrangers partenaires de ces groupes privés se retirent les uns après les autres du marché algérien. Un énorme manque à gagner pour l’économie algérienne et un coup fatal pour la crédibilité du pays. Si rien n’est fait pour redresser rapidement cette situation, la pacifisme du Hirak algérien est compromis dans les semaines à venir car les frustrations sociales vont envenimer les tensions politiques qui traversent l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Moh35 10:47 - juillet 11, 2019

    Votre conclusion, c’est qu’il faut libérer de toute urgence ces corrompus qui sont également impliqués dans le narco terrorisme… Combien d’entrepreneurs honnêtes ont été écartés des marchés algériens, au détriment de ces voleurs. Je parie que l’économie algérienne ne se portera que mieux après la neutralisation de cette racaille.

    1. abi 10:47 - juillet 12, 2019

      Bien dit

  2. masraf 15:06 - juillet 12, 2019

    vos commentaire au sujet de l emploi me font rire depuis quand 40 a 80 milles personne toucher par cette crise (du a la prison) peuvent mettre l economie algerienne a terre sur une population de plus de 40 millions.arreter de mentir et de faire peur aux gens.soyons realiste.et arretons de chercher le faux probleme .

    1. masraf 15:13 - juillet 12, 2019

      ces manifestations sont devenu une fete national chaque vendredi.ont sort plus pour manifester mais pour faire la fete dans la rue.
      les manif sont devenu risible.prenons nous en main pour avancer dans le concret.et arretons je vous en prie de suivre les reseaux sociaux manipuler par l etranger.

      1. masraf 15:18 - juillet 12, 2019

        gaid salah devrait censurer les reseaux sociaux.et les arreter en mettant le black out sur les reseaux.ca permettra aux ennemies de l algerie de trouver porte close .

  3. Norebi 16:41 - juillet 12, 2019

    L’emprisonnement des voleurs est la meilleure des solutions il faudrait nationaliser leurs entreprises et leurs biens voilà la bonne solution en attendant qu’Ils restituent les biens en euros et dollars qu’ils Pourrissent en prison avec leurs enfants.

    1. Mourad 11:21 - juillet 13, 2019

      En 1962 les colons sont partis et l économie Algérienne a fonctionné grâce au génie Algerien et au patriotisme.il faut créer des comités de gestion de toutes ces entreprises,sans la bureaucratie.

  4. Abdelkrim 08:11 - juillet 13, 2019

    Arrêtez ce bla bla ,la solution est simple elle s’appelle la nationalisation, en plus avec tout l’argent volés par ces corrompus on peut créer des emplois.

  5. lambar kader 17:25 - juillet 13, 2019

    Etatiser l’economie Algerienne ,Pure mesure populiste , n’ importe quoi !!! Cela arrangerait qui croyez vous .? Cela arrangerait juste une bande restreinte de généraux corrompus , qui n’ont rien bati depuis 62 jusqu’à l’arrivée du clan boutef , à part leurs fortunes personnelles. On retournera aux années khorti ( thouara ziraia et souk el fallah ) du temps de boumedienne et compagnie. Ce pouvoir n’a jamais envisagé l’ouverture du marche et l’émergence d’une classe moyenne qui, lui serait hostile ideologiquement donc politiquement à un moment donné. C’est justement ce clash qui est entrain de ce produire sous nos yeux avec tout ce qu’il comporte comme reglements de comptes .