Élections du 8 septembre au Maroc : mais où sont passés les bulletins nuls?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, ne veut-il pas gâcher la bonne ambiance générale après les scrutins du 8 septembre dernier? Ou alors veut-il passer sous silence le nombre de bulletins nuls lors de ces mêmes scrutins?
Une semaine après le scrutin, le département de l’Intérieur n’a pas rendu publics les résultats détaillés et surtout le taux des bulletins nuls qui renseigne avec plus d’exactitude sur le nombre des voix qui ont été nécessaires pour trancher entre les partis politiques.

Lors du scrutin législatif du 7 octobre 2016, on avait évalué les bulletins nuls à plus d’un million de bulletins, ce qui n’est nullement négligeable.

Les spécialistes des élections estiment que le taux des votes nuls aurait été plus grand lors du scrutin du 8 septembre au vu de la complexité de toute l’opération: chaque électeur devant cocher quatre cases et donc voter quatre fois (élections communales, législatives, régionales en plus de la liste législative régionale réservée aux femmes).

Notons qu’un vote est déclaré nul quand l’électeur dépasse l’espace de la case qu’il veut cocher ou quand il écrit des commentaires ou dessine des symboles sur le bulletin de vote.

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *