La terrible incurie de Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement marocain, causera-t-elle son limogeage ?

Qui est l’homme le plus le plus moqué des réseaux sociaux marocains ? Sans aucun doute, c’est le chef du gouvernement islamiste, en poste depuis 2017. Il faut dire que le leader du PJD n’en rate pas une pour se ridiculiser.

Dilettante, peu concentré et maîtrisant très mal ses dossiers, le chef du gouvernement marocain rate pratiquement tout ce qu’il entreprend. Piètre orateur, mauvais communicateur et surtout peu convaincant, il souffre de la comparaison avec ses prédécesseurs, notamment avec Abdelilah Benkirane.

Sa dernière incartade a fait rire jaune et a surtout scandalisé les réseaux sociaux marocains. « L’homme qui tweet » plus vite que tous, a informé les Marocains, le dimanche 24 mai -journée de l’Aïd-, que le pays qu’il est sensé géré est passé à l’heure d’été. Une information complètement erronée, puisque le Maroc ne change d’horaire, d’après les services du même chef du gouvernement, que le dimanche 31 mai. Le compte officiel d’El Othmani ne s’est pas seulement trompé d’heure, mais également de date. Impossible à imaginer pour un haut responsable qui a pour charge « la gestion de la vie quotidienne de 35 millions d’habitants ».
`
Selon des sources gouvernementales marocaines, « jamais la primature n’avait atteint un tel niveau de faible rendement. La fonction de chef du gouvernement a été dévaluée par El Othmani à celle de simple premier des ministres ». Les langues se délient et aussi bien les ministres que les partis de la majorité se plaignent du patron du PJD. « El Othmani semble vivre sur une bulle. Rien de l’atteint, rien ne l’ébranle, ni la grave crise socio-économique qui se profile à l’horizon, ni la souffrance de ses concitoyens », avoue un ministre toujours en poste.

Conscients du danger que ce gouvernement fait planer sur le royaume, certains chefs de partis n’hésitent plus à dire tout bas ce que l’opinion publique clame tout haut. « Il est temps de mettre fin à la parenthèse El Othmani. C’est aujourd’hui une œuvre de salubrité publique. Il reste juste à trouver le moyen constitutionnel de le faire débarquer », précise le dirigeant d’un parti membre de la coalition. Les regards se tournent déjà vers des chefs du parti islamiste qui seraient prêts à lâcher leur secrétaire général… « pour sauver le Maroc, mais aussi le PJD ».

Répondre à Dr Ben Kirat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Moh35 16:52 - mai 24, 2020

    Par contre, il est strictement interdit de critiquer mimi sex la fofolle… 🤣🤣😉
    Aidkoum mubarak à nos frères marocains qui lisent les détraqués du makhzen…

  2. Dr Ben Kirat 20:06 - mai 24, 2020

    C’est le choix divain de Mohand Sdis VI

  3. Amazigh 12:48 - juin 11, 2020

    Qu’est ce qu’on attend pour le foutre dehors . C’est une honte pour le pays et ses institutions . On ne met pas un individu de cet acabit a la tete du gouvernement d’un pays multi seculaire ! c ‘est juste insense .Qu’on débarrasse de cette vermine mauve te au plus vite , il y va de l’interet superieur du pays .

  4. Lahtigui 22:05 - juin 12, 2020

    C’est de la bonne information exclusive

  5. Zara 23:29 - juin 21, 2020

    Commentaires de très bas niveau. On se croirait dans un souk de Bab El Oued.
    Beurk à l’ignorance des ânegiriens