Le plan secret du général Gaïd Salah pour couler la candidature d’Ali Ghediri

La guerre fait rage entre le général Ahmed Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’armée algérienne, et le général-major à la retraite Ali Ghediri, candidat aux élections présidentielles du 18 avril prochain. Les deux hommes se livrent à une véritable guerre froide. Gaïd Salah appréhende énormément la candidature d’Ali Ghediri. Le vice-ministre de la Défense nationale redoute l’effet des déclarations d’Ali Ghediri sur le moral des troupes de l’armée algérienne. 

Ali Ghediri détient également des dossiers très compromettants concernant le fonctionnement obscur de l’armée algérienne. Il était le directeur du personnel du ministère de la Défense nationale jusqu’à son départ à la retraite en 2015. Intellectuel, longue carrière militaire et des connexions à l’international, Ali Ghediri incarne le profil qui procure des sueurs froides à un Ahmed Gaïd Salah inquiet pour son avenir à la tête de l’establishment militaire. Par ailleurs, Ali Ghediri est le poulain du général Toufik, l’ennemi juré d’Ahmed Gaïd Salah. On l’aura compris, entre les deux hommes, le courant ne pourra jamais passer. 

Et Ahmed Gaïd Salah ne veut pas permettre à Ali Ghediri de gagner en popularité auprès des Algériens assoiffés de changements. Pour ce faire, un plan secret a été élaboré par les partisans du vieux chef d’état-major pour torpiller la candidature d’Ali Ghediri.

Le premier axe de ce plan a été déployé avec la sortie médiatique du très controversé Baha Eddine Tliba, député et richissime homme d’affaires originaire d’Annaba, homme clé du clan Gaïd Salah.  Tliba a été chargé de s’en prendre violemment dans les médias à Ali Ghediri. Tliba devra, par ailleurs, financer une campagne virulente à l’encontre de Gaid Salah sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias électroniques qui travaillent sous sa coupe. Mais la sortie de Tliba ne suffira pas pour perturber le flegmatique Ghediri.

Les alliés et conseillers de Gaïd Salah ont pensé à plusieurs « cartouches ». Et le coup de grâce devra s’appeler Tayeb Louh. Ahmed Gaïd Salah espère obtenir la nomination de l’actuel ministre de la Justice à la tête du Conseil Constitutionnel. Un geste à travers lequel il pourra contrôler cette instance névralgique chargée de valider… les dossiers des candidats aux élections présidentielles du 18 avril prochain. Tayeb Lou est, en ce moment, le dirigeant politique le plus proche d’Ahmed Gaïd Salah. L’homme fort de l’armée algérienne avait tenté par le passé de le lancer dans la course pour les présidentielles si, par malheur, le régime algérien était contraint d’abandonner l’option du 5e mandat. Aujourd’hui, Tayeb Louh est plus que jamais proche du Conseil Constitutionnel pour succéder au défunt Mourad Medelci. Si ce scénario se confirme, le dossier d’Ali Ghediri pourrait être rejeté ou bloqué. 

Un scénario que les partisans de Ghediri veulent écarter en estimant que le « pouvoir » ne peut pas se permettre en ce moment le luxe de la « confrontation ». Ont-ils raison de minimiser la menace ? Les prochains jours nous le diront… 

Répondre à madjid Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mahmoudi 11:59 - janvier 30, 2019

    Personnellement je soutiens la candidature du Général major Ali Ghediri aux prochaines élections présidentielles, C’est ce qu’il nous faut, un homme fort et propre

  2. TheColbertois 15:08 - janvier 30, 2019

    Prenez au moinq la peine de vous relire avant de poster !
    « Tliba devra, par ailleurs, financer une campagne virulente à l’encontre de Gaid Salah sur les réseaux sociaux… » ?

    1. TheColbertois 04:48 - janvier 31, 2019

      Je vois que ma remarque ne vous a pas incités à corriger votre article !
      Vous dites, d’une part, que Tliba est commandité par Gaïd Salah pour torpiller Ghediri (ce qui est plus qu’évident, pour moi). Et un paragraphe plus loin, vous avancez que Tliba va financer une campagne contre Gaïd Salah (ce qui est absurde!).
      Donc décidez-vous : soit vous faites amende honorable, en corrigeant votre article, car nul n’est infaillible dans ce bas-monde. Soit vous persistez à ignorer votre bourde, et là vous prouverez que vous faites du n’importe quoi…

      1. Oslo 23:38 - février 1, 2019

        Vous pensez vraiment qu’ils prennent la peine de lire vos commentaires pour penser à corriger l’article!

      2. merzekane 17:30 - mars 9, 2019

        Skander Salhi il poste mais ne se donne pas la peine de lire les commentaires, mais bon on a compris, tellement que Gaid Salah lui a pris toute sa tête y’a de quoi

  3. Morsli 16:56 - janvier 30, 2019

    Ali ghediri est le candidat des zaouayliya,il passera inchallah

    1. Djalal 09:26 - février 1, 2019

      Il est Clair que vous êtes sans bien connaître la personne que vous défendez. l homme n’est pas celui de la situation. L’institution militaire recèle un véritable réservoir de sommités et des grosses pointures (mis à la retraite ).le candidat auquel vous faites allusion est loin très loin d’être le « sauveur » attendu

  4. madjid 18:52 - janvier 30, 2019

    L’Algérie a besoin de nouvelles têtes
    Mr ghediri et d’autres sont les bienvenus.
    Le pays n’appartient pas à quelques uns

  5. Naceur 20:19 - janvier 30, 2019

    On peut tout faire…!? Sauf si l’implication citoyenne sera cette fois au rendez vous….!!! tout porte à le croire et semble se confirmer chaque jour. En tout cas la fraude cette sera très difficile voir impossible… On verra!?

  6. RAYANE 11:10 - janvier 31, 2019

    on veux un changement y’en a marre de ce pouvoir depuis 1962

  7. Miraoui 12:21 - janvier 31, 2019

    Très intéressant article. La vérité????

    1. HAMEL 19:33 - janvier 31, 2019

      Ali Ghediri se la coule douce.Il n’a rien fait pour l’Algérie quand il était en poste et n’a pas démissionné avant sa retraite.Je ne crois pas a ce scenario entre lui et Gaid.Ils semblaient être d’accord quand il était Dr des personnels.Moi je suivrais plutôt MOUWATANA DE SOFIANE DJILALI ,Assoul et Benbitour.Des gens honnêtes Intégres et compétents. C’EST à ceux la qu’il faut donner une chance.Ils n’ont pas de liens avec le système.

  8. monsieur nait chabane 16:37 - janvier 31, 2019

    ali ghediri est le joker des algeriens contre le clan de oujda jespere que les algeriens saisirons la chance de se débarrasser de cette mafia qui nous pourrais la vie

  9. Harzallah Abdenour 17:35 - janvier 31, 2019

    Si on tient vraiment au changement ,C’est l’occasion ou jamais . Mr Ghediri semble avoir le profil qu’il faut . Sa candidature est intéressante à plus d’un titre , il faut que tout le monde bouge , sensibilise autour de soi ,déjà pour aller voter, et non pas s’abstenir ,mais aussi de faire le bon choix . La nature a horreur du vide , et c’est ce même vide, qui est là depuis des années, qui a fait que nous en sommes là à nous lamenter sur notre sort. Tous pour Ali Ghediri nouveau président de la République Algérienne Démocratique et Populaire . Vive l’Algerie , el majd wa el khouloud li chouhadaina el abrar .

  10. Bekhaled 05:59 - février 1, 2019

    Monsieur ghdiri je souhaiterais bien que vous serais le prochain président mais vous êtes bien placé pour connaître le système il y a beaucoup à faire dans ce pays je vous soutiendrai

  11. Nidal 07:02 - février 1, 2019

    Hhhhhhhhh
    Vous croyez vraiment qu’un militaire en retraite peut tenir tête au patron de l’armée ???????
    Le scénario est bien ficelé auparavant …
    Quand Tliba fait une déclaration contre Guediri il lui fait indirectement de la publicité … Tous les Algériens et presque sans exception haïssent Tliba …

  12. Mansour Essaîh 16:41 - février 1, 2019

    Tout ça, c’est de la poudre aux yeux. Rappelez-vous quand, à ses débuts dans son poste, le président Bouteflissa, avait déclaré : ‘’dites aux généraux de me bouffer s’ils peuvent le faire !’’ C’était une déclaration convenue d’avance avec les généraux pour dire à la face du monde : Voilà, enfin !, un président élu démocratiquement et qui tient ses généraux par la laisse.

    L’auteur de l’article a raison de faire allusion au ‘’ fonctionnement obscur de l’armée algérienne’’. C’est tout-à-fait bien le cas. Qui me dit alors, qu’il n’y a pas connivence entre Ali Ghdiri et Gaïd Salah pour que le premier soit élu, ‘’démocratiquement’’ aux yeux du monde, comme président de la république et pour que le second se maintienne à son poste de Président Directeur Général de la République Algérienne pro Domo-cratique et Populiste ?

    Bouteflika a fait sa déclaration après sa désignation à son poste de marionnette à la présidence de la république. Le jeu serait naturellement découvert si A. Ghdiri faisait de même. Alors, les généraux lui ont soufflé de les attaquer avant les élections pour brouiller les pistes et revêtir les prochaines élections d’une chape d’obscurité que seul l’état-major algérien possède le secret.

    Bouteflissa (sur tous les plans) a cru avoir gagné après sa curieuse déclaration, mais il s’est fait piéger par ‘’ses’’ généraux qui l’ont étroitement cerné depuis sa désignation et le retiennent en otage même grabataire, sourd et muet depuis des années ; ce qui leur laisse toutes les voies libres pour dépecer leur pays et le vider de ses cadres et de ses citoyens honnêtes.

    Est-ce que les généraux algériens prédateurs restent dans leur pays après la retraite ? Nooon ! Ils sont tous à l’étranger pour se la couler douce et profiter pleinement de leurs butins en pétrodollars S.V.P !

    (Pour les non initiés : Bouteflissa est un mot ou plutôt un nom composé de Bouteflika et Teflissa mot arabe dialectal maghrébin qui veut dire iflass ou banqueroute : Un trillion – 1000 milliards – de dollars ont été ‘’brulés’’ par Bouteflissa et ses généraux en l’espace de 15 ans de prédation sans scrupule, au point que les réserves en devises sont entrain de se réduire à peau de chagrin et que le Dinar algérien est devenu pire que le dollars zimbabwéen et tend vers zéro avec une vitesse vertigineuse.

    Pire encore, les généraux sont en train de prendre en otage et de mettre en péril le futur des algériens en mettant en marche et à plein régime le planche à billets. Jusqu’ici, plus de l’équivalent 45 milliards de dollars ont été imprimés. En fait, ce sont de faux dollars qui ne valent rien aujourd’hui mais qui pèseront lourd pour les futures générations de l’Algérie. les généraux le savent, mais c’est leur objectif !)

    1. l'apache 20:11 - mars 2, 2019

      Fausse route, t’as fait pour si ALI GHEDIRI. wait and see. le 18 avril n’est pas loin.

  13. مخــاوي الليــل 17:09 - février 2, 2019

    على كل حال هي انتخابات او عرس جزائري المهم امرنا يهمنــا اش دخلك يا الفــاسدة

  14. Khadrioui 20:19 - février 2, 2019

    En Europe surtout un concitoyen marocain,il est difficile vraiment qu’il puisse être reçu par un simple employé d’un Consulat marocain pour une affaire le concernant. Comment voulez vous qu’il soit reçu facilement en audience par un consul du Maroc lui même. Dans un consulat marocain, il vous faut protester et crier haut et fort comme un fou, pour qu’un des fonctionnaires du consulat intervienne pour vous écouter. Est ce que vous voulez que le consul reconnait le mauvais comportement de ses employés envers nos concitoyens ou qu’il vous dirait que lui même ne reçoit pas ces derniers. Dans les consulats marocains en europe c’est toujours les mêmes problèmes auxquels se heurtent nos MRE et la même musique des consulats pour se disculper.

  15. chaoui04 21:16 - février 9, 2019

    La guerre fait rage entre le général Ahmed Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’armée algérienne, et le général-major à la retraite Ali Ghediri, candidat aux élections présidentielles du 18 avril prochain;De qoiu vous vous melez?Occupez vous de votre tapette de roitelet homo6. N’est ce pas babou….che prostituée du roitelet