Rachad, ce mouvement qui veut surfer sur la vague des protestations populaires en Algérie

« Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent ». Cette citation de Napoléon Bonaparte s’applique parfaitement sur la situation actuelle qui prévaut en Algérie. Dans les rues, des chômeurs et des jeunes algériens avides de liberté manifestent, brisent le mur de la peur et affrontent l’arbitraire. Et à l’étranger, dans les doux salons de Genève et Londres ou Paris, les activistes du mouvement Rachad tentent de surfer sur la vague pour récupérer politiquement cette colère populaire et l’instrumentaliser au service de leurs intérêts, leur vision idéologique. 

A Paris, force a été de constater que les rassemblements organisés contre le 5e mandat sur la Place de la République ont été largement infiltrés par les militants de Rachad qui ont voulu s’approprier la parole lors de ces rassemblements tout en excluant d’autres militants sincères mais qui ne partagent pas leur vision islamiste. En effet, le mouvement Rachad a été créé par les résidus du FIS, le parti islamiste dissout au début des années 90 en Algérie. En Europe, les réseaux de l’ex-FIS ont créé ce mouvement pour tenter de soutenir un soulèvement populaire en Algérie depuis l’étranger. Doté d’une ONG à Genève et de plusieurs relais à Londres et Paris, ce mouvement a longtemps essayé de faire croire aux Algériens qu’il est un mouvement islamiste light et pacifique. Ses figures emblématiques comme Larbi Zitout ou Mourad Dhina ont des positions très controversées à propos des crimes abominables commises par les milices islamistes au cours des années 90. D’autre part, la proximité de ce mouvement avec le lobby qatari a suscité le malaise au sein de la diaspora algérienne. 

Aujourd’hui, le forcing de Rachad au sein de ces manifestations contre le 5e mandat commence à inquiéter les activistes algériens. Ces derniers veulent conserver le caractère indépendant et citoyen de cette révolte populaire. L’ingérence des membres de Rachad dans l’organisation et la conduite de ces manifestations indique qu’un plan de récupération a été soigneusement étudié. Durant des années, les éléments de Rachad n’ont jamais réussi à mobiliser les Algériens. Ses leaders ont inondé l’Algérie par des informations fantaisistes ou des rumeurs infondées. Les Algériens n’ont jamais pris au sérieux leur combat. Désormais, RACHAD ne veut pas rater le train et espère surfer sur la vague pour prendre un part au gâteau du changement.  Dieu merci, les Algériens ne sont pas dupes… 

Répondre à Farida ammani Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Farida ammani 20:10 - février 27, 2019

    C’est faux, j’ai participé à la manifestation du vendredi passé à Paris et nous n’avons rencontré aucune personne de ce mouvement, arrêtez de mentir, monsieur zitout a, au moins le mérite de dire à voix haute ce qu’il pense.

    1. fof 12:15 - mars 16, 2019

      ça sent les vendus pour des peanuts, les traitres ABOUD, SEMMAR. Continuer sur cette voie, c’est bien il faut manger espèce de traitres de son peuple. Yaou fakou

  2. Bac 17:33 - février 28, 2019

    De toutes les manières, il va bien falloir que les associations et autres partis politique s’implique (dans le bon sens j’espère)

  3. jojo 23:30 - février 28, 2019

    D’ailleurs ya pas que ceux-là, il ya aussi ceux du Vieux Toufik et ses relais ,qui activent fortement en Kabylie ces temps-ci, aie aie aie ça va faire mal, pauvre algérie

  4. Sadel 21:19 - mars 2, 2019

    Vous avez cité napoléon mais pas quelqu’un d’autre , ça mérite réflexion.

  5. kaci 15:23 - mars 17, 2019

    J’aimerai bien savoir sur quoi vous surfer vous même

  6. Di Jijel 15:47 - avril 9, 2019

    Rachad est constitué de citoyens Algériens, ils ont le droit de manifester et de participer au mouvement, ils n’ont jamais participé au pillage du pays, personne ne peut leur interdire de se joindre au mouvement, au contraire, ce mouvement est ouvert à tous les Algériens sans distinction éthique, religieuse, linguistique, ou autre, arrêtez de nous prendre pour des idiots, cet article veut semer la division. Rachad sera jugé par le peuple Algérien sur ce qu’ils auront à proposer pour l’Algérie, et par personne d’autre.

  7. Adam 23:43 - avril 16, 2019

    What is your point in badmouthing & attacking RACHAD. Whether you like it or not, they are an integral part of an Algerian society & they have every right to express & speak out their vision for Algeria. I must admit that I was drawn to your website by its name « Maghreb Intelligence » but unfortunately, after reading some of your articles, I noticed that there is a lack of intelligence in your analysis & a hidden agenda to divide the Algerians. You don’t seem to Like any Algerian Activist or political organisation. So what are your constructive suggestions & visions & who are your preferred activists & mouvements? Among many many other competent Algerians, Mourad Dhina & Larbi Zitout are two of the most honest & consistant people you will ever find. If you have issues with ISLAM, then stop hiding inside your COCOON, & show us your true colors (progressist, leftist, right-wing, secular, Liberal…. etc). I am sure Dhina & Zitout are more accepting of you that you are of them or anyone who is different than you.

  8. B. Boudinar 06:34 - avril 18, 2019

    Il me semble que Rachad est bien introduit en Algérie et qu’il participe activement aux manifestations. Sa discrétion et son ton modéré feint ou sincère ne doivent être sous estimé.

  9. Fennec 09:05 - mai 5, 2019

    Si L’ALGÉRIE réussit son cou en matière de développement
    économique elle prendrait une option pour barrer la route a L’OCCIDENT qui profite et qui a profité depuis des années de la richesse Africaine.
    On s’en souvient les menaces du QATAR. (Votre tour viendra ) a mon avis ,et pense qu’il faut bien réfléchir. Les collabos de L’occident des années 90 sont de retour.

    1. ben 19:46 - mai 31, 2019

      bonjour,
      effectivement Rachad est subventionnée pas la même QATAR qui à dit ( VOTRE TOUR VIENDRA) il viendra par bien-sur par RACHAD;

      1. Malek 00:46 - juin 3, 2019

        Tu les connais les membres de Rachad pour l’ouvrir comme ça , AIb Alik

  10. khali 13:37 - mai 7, 2019

    Rachad qui est dans l’opposition depuis près de trente ans ,dont les membres ont vécu l’enfer des poursuites du pouvoir criminel, devrait donc rester à l’écart de ce qui se passe; alors qu’ils ont été l’un des principaux moteur de ce mouvement!!!!!

  11. Malek 00:54 - juin 3, 2019

    Les membres de Rachad ont été les 1ers activistes pour la changement pacifique en Algerie ils été présents sur le terrains (voir leurs vidéos et autres manifestations PAris, Genève etc…) avant même que Bouteflika soit au pouvoir.
    Ils étaients les premiers à dénoncer Toufik RAb Ezzair quand la peur tétanisait les algeriens…les premiers à dénoncer le coup d’état militaire se sont la plupart des docteurs, ingénieurs et simples citoyens qui oeuvrent pour un état civil contre la dictature militaire et les fossoyeurs de l’Algerie.

    Le Peuple est seul juge arrêtez vos zhoubabs RACHAD est préent sur le terrain avec le peuple Algerien et vous les mouches continuez tourner en rond jusqu » à ce que vous vous écrasez sur la fenêtre de vos mensonges et manipulations.
    L’ALgerie de demain se fera qvec tous ces enfants

  12. Afif 16:15 - juin 16, 2019

    Celui qui signe cette déclaration de principe, qu’il soit de Rachad ou autre organisation, ne peut être rejeté par le Hirak. Pour ma part, je suis certain qu’Ahmed Taleb Ibrahimi ne signera pas, bien que lui-même fut victime du système à un certain moment.

    Je, soussigné, …………………….

    condamne toutes les atteintes à l’intégrité physique et morale des algériens pour divergence politique, ethnique, religieuse ou d’opinion, commis depuis le cessez-le-feu du 19 mars 1962 jusqu’à ce jour,

    quels qu’en soient les auteurs et quelles que soient les victimes,

    telles que les assassinats politiques, la torture et les mauvais traitements, les emprisonnements extrajudiciaires, les détentions arbitraires, la résidence surveillée, l’exil forcé, les disparitions forcées, les attentats aveugles et les massacres de civils.