Ahmed Ouyahia traite les millions de martyrs de la révolution algériennes de simples « morts ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.