Anis Rahmani, le « patron de presse » désenchanté qui veut impliquer Maghreb-Intelligence dans les guéguerres internes  en Algérie 

Ces dernières 24 heures, la rédaction de Maghreb-intelligence subit des attaques médiatiques d’une violence inouïe après avoir publié un article exclusif concernant le traitement diplomatique peu favorable de Paris et Washington à Ahmed Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’armée algérienne.  Plusieurs sites quasiment méconnus ont fait irruption sur les réseaux sociaux pour accuser notre rédaction de rouler pour le compte de deux journalistes opposants algériens exilés à l’étranger. Algérie-Confidentiel, Maghreb Online, Maroccomail et plusieurs sites fantoches ont été créés sciemment pour jeter le discrédit sur Maghreb-Intelligence dont les révélations exclusives dérangent visiblement certaines officines algériennes déstabilisées en ce moment par le noble mouvement de contestation du peuple algérien.
Nous avons mené nos recherches et nous avons retrouvé la piste à l’origine de cette grossière manipulation qui veut salir notre réputation. En réalité, derrière ces écrits diffamatoires et publications massivement sponsorisées sur Facebook, nous retrouvons le fameux Anis Rahmani, le sulfureux patron de presse algérien qui dispose d’un large réseau de médias électroniques propageant des Fake News dans le but de dénigrer ses adversaires. Véritable manipulateur désenchanté depuis son éviction humiliante par le clan présidentiel algérien, Anis Rahmani est devenu le petit protégé du clan militaire qui domine l’Etat-Major de l’Armée algérienne. Terrassé par notre révélation exclusive, Anis Rahmani a actionné ses réseaux et médias propagandistes pour voler au secours de ses protecteurs apeurés par nos publications. Avec cette technique scélérate, le lobbyiste d’Alger veut impliquer Maghreb-Intelligence dans les guéguerres internes du sérail algérien.
Chose que nous refusons de cautionner. Maghreb-Intelligence est un média indépendant basé à Paris. Il ne caresse aucun clan politique algérien dans le sens du poil et il ne cède jamais à l’instrumentalisation politique par des officines occultes. Nous couvrons l’Algérie comme n’importe quel autre pays du Maghreb et nous dévoilons les dessous des coulisses du pouvoir en toute objectivité et sans aucun intérêt. Nous n’avons pas besoin de la protection ni d’un Bouteflika ni d’un Gaïd Salah. En France, le journalisme est libre, indépendant et les rédactions sont souveraines. Personne ne va nous nourrir et personne ne va nous dicter notre ligne éditoriale. Nous comprenons que notre travail puisse susciter la panique dans certains salons fréquentés régulièrement par Anis Rahmani. Malheureusement, nous aurions préféré un véritable débat d’idées et des échanges fructueux avec ces officines algériennes déboussolées par les événements en cours. Au lieu de cela, faute d’arguments, certains personnages sulfureux préfèrent manipuler l’opinion publique pour tromper nos lecteurs et lectrices avec des mensonges éhontés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.