Dakhla. Le « pied de nez artistique » des Cubains au Polisario

Dans les camps de Tindouf, les dirigeants du Polisario ne décolèrent pas contre le festival du cinéma de Dakhla dont les organisateurs ont eu l’ingénieuse idée de mettre en haut de l’affiche cette année le Cuba. Une délégation cubaine conduite par la réalisatrice et actrice Mirtha Ibarra a en effet séjourné dans la ville de Dakhla pendant quelques jours. D’ailleurs, lors de la grandiose cérémonie d’ouverture un hommage a été rendu aux cinéastes cubains qui ont arboré fièrement les habits traditionnels sahraouis sous l’ovation du public ravi de ce signe d’amitié.

Il faut rappeler que jusqu’à il y a tout récemment, le Cuba faisait partie de ces pays inconditionnels des revendications du Front Polisario. Depuis une visite privée du roi Mohammed VI dans ce pays, La Havane a infléchi ses positions sur le dossier allant vers une certaine neutralité que le Polisario a du mal à digérer. Le succès de la sixième édition du festival de cinéma de Dakhla et les petits soins avec laquelle la délégation cubaine a été accueillie par les hautes autorités de la ville ont suscité une rageuse campagne sur les réseaux sociaux de la part de la machine virale du Polisario. Le front organise lui aussi un festival de cinéma non loin du Tindouf dénommé « Dakhla ». En se rendant aujourd’hui dans une ville qui a connu un formidable essor économique lors des cinq dernières années, les Cubains ont fait la part entre une propagande désuète et une réalité que parfois la diplomatie marocaine a du mal à faire valoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.