Deuxième armée d’Afrique, l’armée algérienne est-elle un recours pour le pays ?

La presse algérienne s’est empressée de mettre en avant la deuxième place qu’occupe désormais l’Armée Nationale Populaire au niveau continental, selon le classement établi par le Global Power Index 2017. Deuxième armée d’Afrique, 25ème au rang mondial, s’il s’agit d’un motif de fierté pour les Algériens, sur les réseaux sociaux d’aucuns réclament aujourd’hui à l’état-major de l’ANP de mettre fin à la situation de déliquescence politique que traverse le pays, avec la maladie d’Abdelziz Bouteflika et la dispersion des centres du pouvoir. A Alger, ce classement qui place loin derrière le rival marocain, seulement septième armée d’Afrique et 54ème mondiale, alimente chaque jour un peu plus les conversations autour d’une « mission salutaire » de l’armée nationale. « Si Ahmed Gaïd Salah a pu faire de l’ANP un outil professionnel respecté et craint, il devrait voler au secours d’un pays qui se dirige tout droit vers le chaos », affirme un ancien ministre. Certains évoquent même le lancement d’une pétition populaire qui demanderait à l’armée de « sauver l’Algérie ». Une démarche que, pour l’heure, les militaires refusent obstinément, mais pour combien de temps encore?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.