Exclusif. Argent et politique au ministère algérien de l’Industrie, les liaisons dangereuses

« Prends en charge les frais médicaux de ma famille à l’étranger, et je t’arrange tes projets ». Voilà une formule devenue courante et qui résume les relations qu’entretiennent les oligarques algériens avec certains hauts responsables politiques du gouvernement. Une formule qui semble être appliquée à la lettre au ministère de l’Industrie où le secrétaire général de ce département stratégique s’est lié d’amitié avec le milliardaire Mourad Oulmi.

Une nouvelle amitié très commentée à Alger où les rumeurs vont bon train à propos de cette relation que d’aucuns qualifient d’incestueuse entre un oligarque détenteur de plusieurs projets d’investissement dans l’industrie algérienne, et un secrétaire général censé faire preuve d’impartialité et de neutralité. Or le secrétaire général du ministère de l’Industrie et des mines, Kheireddine Medjoubi, n’hésite pas à afficher ses amitiés et son affection pour plusieurs oligarques, dont le très controversé Mourad Oulmi, réputé pour son exceptionnelle générosité envers les amis politiques qui lui permettent de faire aboutir ses projets.

La semaine passée, Kheireddine Medjoubi n’était-il pas en France pour veiller sur la santé de l’un de ses proches parents ? Avec son salaire de fonctionnaire algérien, difficile pour lui de se permettre une telle prise en charge médicale en France pour une pathologie sérieuse. Mais l’ami Oulmi et son carnet de chèques n’est jamais loin, lui qui a tant besoin de son ami le secrétaire général au moment où il développe ses activités dans l’exploitation minière de l’ouest algérien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.