Exclusif. Belkecir entre en contact avec les services occidentaux pour demander le refuge

Le général Ghali Belkecir, l’ancien puissant patron de la gendarmerie algérienne, et l’un des poids lourds de la hiérarchie militaire algérienne entre 2016 et 2019, a enterré son rêve de revenir un jour en Algérie. Le démantèlement actuel progressif du clan Gaid Salah par Tebboune et Said Chengriha, le nouvel homme fort de l’armée algérienne, lui donne des sueurs froides. Au niveau de la justice militaire, des officiers s’activent pour collecter toutes les informations nécessaires à l’émission d’un mandat d’arrêt international contre le général Ghali Belkecir qui est ciblé par plusieurs dossiers et enquêtes sur des scandales de corruption en compagnie de sa femme, l’ex-magistrate Fatiha Boukhers, ex-présidente de la Cour de Tipaza.

Face au danger éminent d’un mandat d’arrêt international, Ghali Belkecir est en train de sa défense. Depuis le début de la pandémie du COVID-19, l’homme a tenté de se déployer à Dubaï loin de cette Europe qui ne lui procure aucune sérénité en raison du risque avéré d’une expulsion vers l’Algérie. Mais à Dubaï, le général algérien n’a pu ouvrir des comptes bancaires en raison des contenus sulfureux et scandaleux publiés par les médias et répertoriés par Google qui sont rattachés à son nom d’ancien cacique corrompu du régime algérien.

Face à ce blocage qui l’empêchera d’obtenir la résidence à Dubaï, Ghali Belkecir en exil avec sa famille son fils, ses filles et son épouse, se rabat sur l’Europe, mais cette fois-ci, il ne veut pas se contenter de son statut de résident en Espagne ni du passeport diplomatique algérien qui lui permet de rentrer régulièrement sur le territoire français.

Ghali Belkecir, le général algérien, a décidé depuis le mois de mai dernier d’entrer officiellement en contact avec les services secrets occidentaux, à savoir français et espagnols, pour négocier avec eux un asile politique en toute sécurité. L’homme veut marchander avec ses services tous les secrets qu’ils sont en sa possession concernant le fonctionnement opaque du régime algérien. Véritable boite noire du clan Gaid Salah ces 5 dernières années, Ghali Belkecir détient les documents et secrets de toutes les grosses affaires du régime algérien : affaire de la cocaïne, enrichissement illicite des généraux algériens, les affaires secrètes des oligarques algériens et de Said Bouteflika. En plus, Ghali Belkecir connait parfaitement Tebboune. C’est lui qui a obtenu la carte militaire au fils de Tebboune, Khaled Tebboune. C’est lui qui détient les images de tous les hauts responsables algériens qui défilaient dans le bureau du milliardaire Kamel Chikhi, alias le Boucher, pour négocier des pots-de-vin. Bref, pour les services français ou espagnols, Ghali Belkecir est une véritable mine d’informations qui mérite leur attention. Une telle « capture » serait un atout incontournable pour faire pression sur Alger.

Ghali Belkecir a plusieurs contacts sécuritaires notamment en France où il a collaboré avec des homologues de la gendarmerie française. Il a entretenu ses contacts tout au long de sa carrière militaire. Il a voyagé régulièrement en France notamment Paris et Lille pour rencontrer ses hauts responsables militaires français. Aujourd’hui, il fait jouer ce réseau pour négocier une « asile en toute sécurité » en France ou en Espagne…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.