Exclusif. Comment le lobbying de l’ambassadrice Elizabeth Moore Aubin en Algérie a abouti à la libération des opposants algériens

Le coordinateur du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares, a été libéré hier mardi 22 mars par les autorités algériennes à la suite d’un procès d’appel au cours duquel il a été condamné à 1 an de prison dont 06 mois ferme. Il avait déjà passé 09 mois en prison après été condamné en première instance à 02 ans de prison ferme en janvier 2022. Cette libération a surpris de nombreux observateurs de la situation politique en Algérie car elle était inattendue au regard du durcissement de la répression menée par le régime algérien depuis 2021.

Mais cette libération d’un opposant emblématique en Algérie s’explique surtout, confient diverses sources bien introduites au sein du sérail algérien, par le lobbying de l’ambassadrice des Etats Unis à Alger, Elizabeth Moore Aubin. Celle-ci a enchaîné les rencontres avec les hauts responsables algériens depuis son accréditation officielle par les autorités algériennes le 9 février dernier. Et au cours de ses échanges avec les dirigeants algériens, la diplomate américaine a exigé des mesures d’apaisement et la libération de plusieurs activistes pacifiques enfermés arbitrairement depuis de longs mois. Elizabeth Moore Aubin a persuadé ses interlocuteurs algériens que ces remises en liberté vont insuffler la confiance dans les relations algéro-américaines. L’administration Biden s’est fixée l’objectif de ne pas ménager les régimes autoritaires et au moment où l’Occident fait la « guerre » à la Russie de Poutine, il n’était pas concevable de bâtir une relation de confiance avec Alger avec des centaines d’opposants en prison. Ce qui discrédite toute possibilité de renforcer la coopération algéro-américaine.

Les pressions d’Elizabeth Moore Aubin ont fini par payer et aboutissent à la libération d’une première figure de proue de l’opposition algérienne. Les libérations de plusieurs autres « militants » du Hirak ou « opposants » ont été promises à Washington par les autorités algériennes. Elizabeth Moore Aubin n’hésitera pas à revenir à la charge dans les prochains jours pour obtenir la concrétisation de cette promesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.