Exclusif. De Bouteflika à Tebboune en passant par Gaid Salah : Amar Khelifa, boite noire de la propagande du régime algérien

Totalement méconnu de l’opinion publique algérienne, Amar Khelifa est, pourtant, le principal cerveau de la machine lourde de la propagande médiatique algérienne. Ancien journaliste et patron de presse infortuné au cours des années 90, Amar Khelifa s’est enrichi de façon spectaculaire entre 2011 et 2014 grâce à sa publication « El Djazair.com » et du magazine « Memoria », deux magazines promotionnels qui ont bénéficié d’une énorme manne publicitaire publique transformant ainsi Amar Khelifa en l’un des princes les plus riches de la presse algérienne. Mais contrairement à Anis Rahmani, le patron déchu d’Ennahar TV, Amar Khelifa est un lobbyiste rusé qui n’aime pas du tout les lumières et préfère la discrétion pour opérer.

C’est ce qui va lui permettre de sauver son groupe médiatique lors des soubresauts du Hirak et de la chute du clan Bouteflika. Opportuniste, Amar Khelifa rejoint rapidement le clan Gaid Salah en devenant l’un des confidents du général-major Boualem Madi, le patron de la direction de communication du ministère de la Défense nationale. Boualem Madi va beaucoup s’appuyer sur Amar Khelifa dans la nouvelle stratégie de communication de Gaid Salah et de l’institution militaire algérienne. Amar Khelifa va s’imposer ainsi comme l’un des cerveaux des opérations de propagande consistant à manipuler l’opinion publique algérienne en la persuadant des bienfaits d’un nouvel ordre établi garanti par l’institution militaire.

Article de presse, communiqués, reportages audiovisuels ou édits de la revue El-Djeich, le canal officiel de l’armée algérienne, Amar Khelifa va conseiller et assister le général-major Boualem Madi dans toutes ses missions.

A l’arrivée d’Abdelmadjid Tebboune, Amar Khelifa va s’aligner sur le clan Tebboune et propose ses services à ses conseillers les plus influents. Il lance et finance ainsi un nouveau média en ligne la Patrienews, mais il va surtout profiter de ses relations étroites avec la Présidence pour monnayer ses services à des hommes d’affaires en difficulté ou des dirigeants algériens déstabilisés par les scandales de leur mauvaise gestion. C’est ainsi qu’il noue une alliance stratégique avec le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, l’un des dirigeants les plus impopulaires du pays en raison de son bilan catastrophique à la tête de la compagnie nationale des hydrocarbures, principal poumon économique du pays.

Amar Khelifa va permettre à Hakkar de jouir de soutiens à la Présidence et d’orchestrer ainsi de larges et massives campagnes médiatiques dans les médias algériens pour soigner son image, la blanchir et riposter à ses adversaires qui dénoncent ses affaires occultes et sa mauvaise gestion chronique. Amar Khelifa va empocher ainsi une inédite manne publicitaire publique sans oublier les enveloppes sous le manteau qui continueront à circuler entre lui et ses clients. Dans cette nouvelle Algérie, Amar Khelifa est devenu le prince des lobbyistes au moment où la presse algérienne a perdu entièrement ses lettres de noblesse faute d’indépendance éditoriale et financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nouri 19:55 - avril 24, 2021

    Exclusif : de Hassen 2 à Mohamed 6, André Azoulay l’éminence grise de la vassalité makhzénéenne .

  2. Karim 20:37 - avril 24, 2021

    Ça pue la propagande du makhzen……..concernant le jeune PDG de Sonatrach Toufik HAKKAR a été par récemment classé par le magazine Forbes Middle-East, 5 meilleur manager dans la région. Ou bien c’est une préparation à une attaque plus féroce sur sa personne vu que la décision est prise pour le non renouvellement du contrat avec la narcomonarchie du gazoduc qui passe par le maroc pour alimenter l’espagne et le portugal en gaz et qui génere 120 millions $ en monnaie sonnante et trébuchante plus 10% de la quantité exporter en gaz………. Autrement si vous ne parler de la ou les boite(s) noire de la propagande du makhzen et de leur(s) financement, où bien d’actualité plus récente et importante comme la didtribution du coffin du ramdhan par la synagogue……!!!!!

    1. Ben Mhammed 04:20 - avril 26, 2021

      Au lieu de se fier au magazine Forbes, renseignes-toi des rapports de Lotfi Bahlouli, pour la probité et leadership du gestionnaire de Sonatrac. Pour ce qui est des royalties oléoduc algérien, l’enjeux est de taille pour l’apparatchek d’El-Djeich à faire acheminer le gisement Hassi R’mel vers Cordoue en Espagne une fois l’échéance arrive à terme.

      1. Karim 21:39 - avril 27, 2021

        Nuance le gouvernement Algérien sachant à qui il avait affaire (à la traîtrise légendaire de la narcomonarchie) a pris ses dispotions depuis un bon moment en inaugurant le gazoduc sous marin « Medgaz » qui relie les installations Algérienne de Béni Saf jusqu’au port d’Alméria, dont Sonatrach est actionnaire majoritaire. Puisque le contrat pour le gazoduc qui passe par le maroc arrive à terme, il ne sera pas renouveler et c’est une certitude, la décision est déjà prise en haut lieu.

        1. Ben Mhammed 03:53 - avril 28, 2021

          أضغات أحلام أن يتم قيد أنملة تشييد هذا المشروع في القريب العاجل أو الذي يربط الجزائر بإيطاليا.

          Je vois que le défunt Boukherrouba avait encore une incidence intellectuelle et un « mind control » démesuré sur les nigauds algériens . Il n y a point que les maquettes et la corruption gangrène dans le secteur hydrocarbure franco-algérien de Sonatrac, tel mentionné dans l’article intitulé: « Sonatrach Le pouvoir éclaboussé par une affaire de pots-de-vin », daté du 16 avril 2015.
          P.S. Je vous conseille de débourser 11 euros, pour une version virtuelle, pour un ouvrage de Hocine MALTI : « Histoire secrète du pétrole algérien ». Les clans des caporaux sont une pègre cupide et incompétente !
          Bonne lecture et sans rancune.

  3. Karim 11:28 - avril 28, 2021

    Être traiter de nigaud Algérien par un servile et de surcoit niais sujet de hassan dos, est un complément !!!! Contrairement à toi qui crois à la chimère de ta monarchie moyenâgeuse, où tout est la proptièté du roi prédateur, où la corruption est érigée en modèle de gestion, jai jamais nier l’existance de la corruption au sein du groupe sonatrach ALGÉRIEN et d’autres groupes. Concernant le gazoduc Medgaz, ce n’est pas qu’une maquette où une vue d’esprit, il existe bel et bien et il est opérationnel depuis plusieurs années, je le dit en connaissance de cause. Du coup le gazoduc qui traversse ta narcomonarchie, vous pouvez l’utulisé pour transférer de l’eau pour l’agriculture, bon bref.
    La question qui me turlupine l’esprit pourquoi un marocain s’intéresse autant à ce qui se passe en Algérie !!??? C’est une maladie obsessionnelle que vous avez (sujets marocains) envers l’Algérie, c’est halicunant quand même.
    J’attendais pas aprés toi pour me conseiller de lire le livre de mon concitoyen Hocine MALTI qui est l’un des fondateurs du groupe Sonatrach, et qui se trouve qu’il est de ma région.
    Pour nos caporaux !!!! Oui c’est vrai vous, dans votre narcomonarchie vous avez que des généraux (des barons de la drogue) former à West Point qui sont des vrais géostratèges (comme le preuve la parodie de l’île Persil), heuresement pour toi que le ridicule ne tue pas.
    P.S : je te conseille à toi aux sujets moccoco de vous interessez à ce qui se passe dans votre protectorat franco-sioniste avant qu’il soit trop tard. Le roiletet traître et vendu, est une girouette aux mains des lobbies.

    1. monarchiste 14:12 - avril 28, 2021

      et voilà que le nigaud devient agressif

      1. Karim 15:20 - mai 10, 2021

        Va te prosterner baise main.