Exclusif. De fortes pressions américaines sur les généraux algériens au sujet de leur proximité avec Vladimir Poutine 

C’est une première inédite. Pour la première fois, un haut responsable américain rencontre directement des hauts gradés et des hauts responsables de l’Institution militaire algérienne sans la présence d’un dirigeant civil ou la participation d’un représentant ou dignitaire de la Présidence de la République. Oui, une rencontre directe avec les généraux algériens et un fonctionnaire de l’administration américaine est une démarche inédite et historique. C’est, pourtant, ce qui vient de se produire ce mercredi 14 septembre à Alger où  l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique, Mme Elizabeth Moore Aubin, a été reçu publiquement et officiellement par le Général d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne.
Cette rencontre s’est déroulée au siège du ministère de la Défense Nationale à Alger en présence du  Secrétaire Général du ministère de la Défense nationale et des Officiers Généraux du ministère de la Défense nationale et de l’Etat-Major de l’Armée algérienne. Selon nos sources, cette rencontre inédite a été organisée à la suite de fortes pressions qui ont été exercées pendant plusieurs semaines par la Maison Blanche à travers l’ambassade des Etats-Unis à Alger.
Les autorités américaines ont vigoureusement réclamé l’organisation d’une entrevue directe avec les hauts responsables de l’institution militaire algérienne. Cette demande a été refusée au départ par la Présidence algérienne. Mais l’ambassade des Etats-Unis à Alger est revenue à la charge en renforçant son lobbying pour imposer cette entrevue avec Said Chengriha et les autres décideurs militaires.
Cette insistance des autorités américaines s’explique par la volonté de la Maison Blanche de s’expliquer directement avec les généraux algériens à propos de leur proximité de plus en plus intense avec la Russie de Vladimir Poutine. Le renforcement de la coopération militaire entre l’Algérie et la Russie ainsi que la programmation de plusieurs exercices militaires communs inquiète fortement la Maison Blanche qui voit d’un très mauvais oeil la pénétration du lobby russe au plus cœur du Maghreb et du Sahel avec le soutien actif de l’institution militaire algérienne.
Selon nos sources, les échanges entre l’ambassadrice américaine et le Chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne ont tourné essentiellement autour de la question de l’alliance militaire et diplomatique de l’Algérie avec la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.