Exclusif. En grave crise financière, le parti de l’Istiqlal brade son foncier

Le parti de l’Istiqlal (opposition), plus vieux parti du royaume chérifien, traverse une crise financière sans précédent. Cette situation a obligé les héritiers de Allal El Fassi à chercher à renflouer leur caisse en cédant les joyaux de la famille, à savoir les sièges abritant les locaux des journaux du parti, sis près du Complexe sportif Moulay Abdallah sur la route de Témara. Selon nos sources, le montant de cette cession, validée en Comité exécutif du début de cette semaine, se chiffre à quelque 21 millions de dirhams.

Selon nos sources, il s’agit des locaux des journaux «L’Opinion» et «Al Alam» et qui seraient tombés dans l’escarcelle de l’homme d’affaires et banquier Othmane Benjelloun. Nos sources expliquent que le puissant banquier et concessionnaire automobile désirerait transformer les anciens locaux de la presse istiqlalienne en showroom. Par ailleurs, l’Istiqlal cherche repreneur pour son siège flambant neuf à Hay Riad.

Ce siège, dont la construction a commencé sous Abbas El Fassi, l’ancien Premier ministre, n’a jamais été inauguré. Deux autres sièges régionaux de l’Istiqlal seraient également mis en vente. Construits au moment où Hamid Chabat était aux commandes, il s’agirait des locaux du PI à Tanger et à Marrakech. Et il y a un grand hic. Ce genre de cessions devait avoir l’aval du Conseil national, sauf que cette instance de direction n’a jamais été convoquée. Selon nos sources, cette entorse au règlement intérieur du parti a poussé Hassan Sentissi, trésorier du parti, à rendre le tablier lors d’une réunion assez mouvementée du Comité exécutif.

Signalons enfin que ce parti a loué de nouveaux locaux, au centre-ville de Rabat, pour y abriter ses deux journaux et son imprimerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dr Ben Kirat 10:53 - août 13, 2020

    Quelle ignorance ou des lèche-culs, car le maroc n’est plus chérifien depuis 1957, pour marquer la fin de certaines hypocrisies amerruk et coloniale