Exclusif. Fort lobbying pour obtenir le retour du célèbre général Hassan à la tête du renseignement intérieur DGSI en Algérie

Le général Hassan, de son vrai nom Abdelkader Aït Ouarabi, l’un des plus célèbres généraux des services secrets algériens, risque de faire son grand retour au sein de la hiérarchie militaire dans les mois à venir. C’est du moins l’objectif pour lequel oeuvre un puissant lobbying qui ne cesse d’exercer des pressions sur l’actuel Président algérien Abdelmadjid Tebboune et le patron de l’Etat-Major de l’Armée algérienne, Said Chengriha, pour valider officiellement le retour du général qui avait dirigé de 2006 jusqu’à 2015 le fameux Scorat (Service de coordination opérationnelle et de renseignement antiterroriste), qui dépendait directement de l’ ex-DRS du général Toufik.

Il faut savoir que le général Hassan a été officiellement réhabilité après avoir purgé sa peine maximale de 5 ans de réclusion criminelle, prononcée contre lui par le tribunal militaire d’Oran, quatre mois après son arrestation, le 27 août 2015, puis confirmée par la cour d’appel militaire de Blida quatre ans plus tard, et qu’il a purgée le 28 novembre 2020.

Fin mars 2021, la justice militaire a totalement innocenté le général Hassan. La cour d’appel militaire avait prononcé l’acquittement au profit du général Hassan alors que ce dernier avait été incarcéré par le tandem Bouteflika-Gaid Salah pour « destruction de documents» et «infraction aux consignes militaires» à la suite d’une controversée opération secrète au cours de laquelle le SCORAT avait neutralisé des contrebandiers qui s’apprêtaient à vendre des missiles anti-aviation faisant partie de l’arsenal de l’armée libyenne à des terroristes de l’Aqmi, composé d’Algériens mais aussi de plusieurs autres nationalités.

Agé aujourd’hui de près 70 ans, le général Hassan est courtisé par ses anciens éléments et agents ainsi que plusieurs autres hauts responsables de l’institution militaire qui souhaitent vivement son retour. Ces soutiens préconisent la nomination du général Hassan à la tête de la direction générale de la sécurité Intérieure (DGSI), le puissant renseignement intérieur algérien. Des tractations sont en cours pour rendre possible ce grand retour du général Hassan. Aucune décision n’a été prise pour le moment. Quant à l’intéressé, fidèle à ses habitudes, il se mure dans un silence qui ne laisse transparaître aucune intention précise. En attendant, le général Hassan est toujours à son domicile à Alger et certaines rumeurs évoquent des problèmes de santé qui le terrassaient. Des rumeurs qu’aucune source fiable n’a voulu confirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.