Exclusif. La France espère une élection présidentielle en Algérie dans les plus brefs délais 

La situation en Algérie fait peur, très peur aux autorités françaises. L’instabilité chronique, l’illégitimité actuelle d’Abdelkader Bensalah, président par intérim de l’Etat algérien, les très nombreuses violations des Droits de l’Homme et l’emprisonnement des opposants ou manifestants pacifiques inspirent beaucoup de crainte à la France. Et le chevronné Xavier Driencourt, ambassadeur français à Alger, a tiré la sonnette d’alarme dans un rapport confidentiel qu’il vient d’adresser à ses supérieurs hiérarchiques au Quai d’Orsay, a-t-on appris auprès de plusieurs sources diplomatiques.
Le rapport de Xavier Driencourt dresse un tableau noir de la situation en Algérie et présente les dangers d’une impasse politique qui peut se prolonger encore dans le temps. Quant à la lutte contre la corruption, le rapport de Xavier Driencourt estime qu’elle demeure encore superficiel et que ce fléau ravage profondément encore tous les appareils de l’Etat algérien. Seule l’organisation d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais permettra à l’Algérie d’éviter une dangereuse déflagration. C’est du moins ce que croit le diplomate français qui insiste beaucoup sur la nécessité d’adapter la position française à cette exigence. L’ambassadeur français estime enfin qu’en l’absence d’un nouveau Président élu, les autorités françaises peinent à dialoguer avec un interlocuteur légitime et toutes les portes du pouvoir algérien restent jusqu’à aujourd’hui fermées. Cette situation risque de porter préjudice aux intérêts de la France qui ne peut nullement jouer avec la stabilité de l’Algérie, insiste enfin la note du diplomate français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.