Exclusif. L’annonce de la venue de Mohammed VI à Alger provoque une réunion de crise de la diplomatie algérienne 

Malaise et étonnement à Alger. L’annonce de la venue probable du souverain marocain Mohammed V en Algérie à l’occasion de l’organisation du 31e sommet des Chefs d’Etat de la Ligue Arabe le 1er et 2 novembre prochain a suscité de vives réactions au sein du sérail algérien. Une réunion de crise a même été organisée ce jeudi 15 septembre au sein du ministère des Affaires Etrangères à Alger pour étudier tous les scénarios possibles et probables concernant la participation du souverain marocain au sommet de la Ligue Arabe d’Alger.
De prime abord, les autorités algériennes ne croient pas à la sincérité de cette annonce et plusieurs hauts responsables de la diplomatie algérienne ont réclamé aux services secrets des rapports et des enquêtes sur la fiabilité de cette information que certains dirigeants algériens considèrent comme « un piège », voire « une manipulation » visant à tester la réaction de l’Algérie.
En deuxième lieu, la diplomatie algérienne semble travailler sur « un plan de contre-attaque »  qui vise à isoler le Maroc sur la scène arabe avec pour but de dissuader le Roi du Maroc de venir jusqu’à Alger. Ce plan consiste à renforcer les attaques médiatiques et politiques contre la monarchie marocaine et ses principaux emblèmes. D’autre part, il est question d’organiser une panoplie d’activités favorables au Polisario et à l’indépendance du Sahara Occidental en parallèle de l’organisation des activités du sommet de la Ligue Arabe d’Alger.
Ces activités se veulent être une provocation qui vise à déstabiliser la délégation marocaine qui participera prochainement au sommet de la Ligue Arabe d’Alger. Le nouveau secrétaire général du ministère algérien des Affaires Étrangères, le très anti-marocain Amar Belani, a été chargé de formuler des propositions concrètes visant à réduire significativement l’influence du Maroc sur le prochain sommet de la Ligue Arabe.
Selon nos sources, Alger adoptera un silence glacial face à l’annonce de la venue du monarque Mohammed VI pour ne pas commettre une « bêtise » pouvant provoquer une polémique interminable qui pourrait effaroucher les autres dignitaires arabes notamment les princes et rois des pays du Golfe qui pourraient boycotter le sommet d’Alger si; par malheur, le régime algérien se montre totalement hostile à la participation de Mohammed VI. Les agissements de ce dernier sont considérés par les dirigeants algériens comme une menace qui pourrait capoter le succès du sommet arabe d’Alger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.