Exclusif. Le Renseignement extérieur algérien prépare le lancement de l’opération Ghani Mahdi pour torpiller l’opposition algérienne à l’étranger

C’est une grande et importante opération que prépare discrètement la Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE), le renseignement extérieur algérien. Cette opération repose essentiellement sur un personnage controversé de l’opposition algérienne.
Il s’agit de l’algéro-suisse Ghani Mahdi. Cet ancien animateur d’Al Magharibia TV et ancien candidat aux élections présidentielles d’avril 2019 est entré secrètement en négociation avec les responsables de la DDSE pour trouver un accord qui lui permettra de revenir en Algérie et de bénéficier de mesures de grâce présidentielle et du fameux programme de « réconciliation et de renforcement des rangs de la nation » lancé depuis 2022 pour réhabiliter les opposants exilés qui acceptent un compromis avec le pouvoir algérien consistant à se retirer tout bonnement des rangs de l’opposition en contrepartie de la levée des condamnations ou poursuites judiciaires décidées à leur encontre par l’appareil judiciaire algérien.
Dans le « pack » de cette réhabilitation, le pouvoir algérien impose régulièrement à ces anciens opposants exilés de témoigner dans des clips de propagande et des opérations de communication destinées à ternir de l’opposition exilée. C’est, d’ailleurs, le but ultime pour lequel l’opération « Ghani Mahdi » est en cours de préparation. Ghani Mahdi a promis au renseignement extérieur des témoignages, des révélations et des dossiers brûlants ainsi que compromettants contre les figures du mouvement Rachad, le principal mouvement de l’opposition algérienne de tendance islamiste à l’étranger classé comme « terroriste » depuis mai 2021.
Ghani Mahdi affirme détenir des preuves des financements étrangers ayant permis à Rachad d’organiser des colloques à l’étranger ainsi que d’organiser de nombreuses activités dans plusieurs pays européens pour exercer du lobbying contre les intérêts du régime algérien en Europe et en Turquie. Ghani Mahdi qui avait échoué de 2021 jusqu’à 2023 à lancer une chaîne de télévision indépendante et opposante depuis Paris appelée CANAL 22 a fait miroiter aux services secrets algériens qu’il est en possession d’une importante bases de données retraçant les activités, financements, connexions et mouvements de nombreux activistes, hauts responsables et militants Hirakistes et de Rachad.
Selon nos sources, Ghani Mahdi cherche à revenir rapidement en Algérie pour fuire une procédure judiciaire qui est sur le point de voir le jour contre lui en raison de son implication dans des opérations d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent à travers des transferts bancaires qui ont été détectés par la Banque Crédit Suisse. L’ensemble de ces opérations fait l’objet d’une enquête fiscale approfondie en Suisse en attendant de les transmettre aux autorités judiciaires suisses. Ghani Mahdi espère trouver un accord rapidement avec le pouvoir algérien pour lui permettre de s’installer en Algérie afin de jouir d’une impunité et protection dorée que lui offriraient les autorités algériennes en contrepartie d’une collaboration pour démanteler le mouvement Rachad

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Kamel 17:04 - juillet 11, 2024

    Opposant politique, Quel foutage de gueule, un clown à la Hanouna qui veut être roi avec son complice escroc Rachid neggaz. C’est un peu comme ce supposé opposant Abdou samsar, en fuite de la justice en Algérie en criant dictature militaire w zid , khourti réfugiés politique, Où les sont les vrais hommes politiques qui affrontent le pouvoir sur le terrain ? Que les zozos réfugiés des papiers.