Exclusif. L’énigme du plus haut gradé de l’ANP, le général Benali Benali résolue le 5 juillet prochain

D’ici le 5 juillet prochain, le général de corps d’armée Benali Benali devra enfin connaître son sort. Le maintien au plus sommet de la hiérarchie militaire de l’actuel chef de la Garde Républicaine et de l’ancien commandant de la 5e région militaire bloque encore la régularisation définitive de Said Chengriha, l’actuel chef d’Etat-Major par intérim de l’armée algérienne. Abdelmadjid Tebboune ne pourrait pas le nommer officiellement dans ses fonctions alors que le général Benali Benali, beaucoup plus gradé et plus âgé que lui, est encore maintenu dans ses fonctions.

Selon nos sources, si le président Tebboune officialise la nomination de Chengriha à la tête de l’armée algérienne tout en maintenant dans ses fonctions Benali Benali, cela créera de fortes tensions au sein de l’institution militaire car un Chef d’Etat-Major ne pourra pas commander ou diriger un général plus gradé et expérimenté que lui. La seule solution qui se profile est de mettre à la retraite le général de corps d’armée Benali Benali. Or, ce dernier entretient sciemment le flou et le mystère sur ses intentions. Un jour, il fait croire à ses interlocuteurs qu’il veut partir se reposer en raison de son âgé avancé, dépassant les 80 ans, un autre jour, il fait croire l’exact contraire et estime qu’il veut encore accompagner l’institution militaire dans cette phase délicate de l’histoire du pays.

Ce tour yo-yo met mal à l’aise l’actuel Chef d’Etat-Major, Said Chengriha, qui refuse de continuer dans ses fonctions au-delà du mois de juillet prochain s’il n’est pas officiellement « permanisé ». Face à cette situation, Tebboune a promis de trancher d’ici le 5 juillet prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.