Exclusif. Pour contrer l’alliance Etats-Unis-Israël-Maroc, l’Algérie va renforcer son partenariat militaire avec la Russie

La normalisation des relations du Maroc avec Israël est devenue le sujet de préoccupation numéro 1 des autorités algériennes. Au cours de cette dernière semaine, les réunions de très haut niveau se sont enchaînées au niveau de l’Etat-Major de l’Armée algérienne. Des réunions qui ont regroupé tous les hauts responsables de l’Institution militaire algérienne. Des conciliabules ont été organisés au niveau de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la plus puissante branche du renseignement algérien, ainsi que la direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE). Au cours de cette semaine, un branle-bas de combat a été observé à tous les niveaux des institutions sécuritaires algériennes.

La principale préoccupation et la crainte majeure des autorités algériennes portent sur la collaboration militaire, sécuritaire et technologique entre le Maroc et Israël. « A Alger, on n’est pas naïf. On savait que le Maroc est le pays de la région qui a les relations les plus avancées avec Israël. Mais, désormais, la coopération est officielle et rien ne peut empêcher les autorités israéliennes de fournir le plus légalement possible de grosses quantités d’équipements militaires de pointe les plus sophistiqués et les plus dangereux pour notre sécurité nationale. C’est un changement majeur dans les rapports de force dans la région », confie à Maghreb-intelligence une source sécuritaire algérienne.

Face au renforcement de l’axe Tel-Aviv-Rabat avec la bénédiction de Washington, Alger a d’ores et déjà pris des précautions et des solutions ont été envisagées pour renforcer la coopération militaire avec la Russie. Malgré une crise économique suffocante, les autorités algériennes vont proposer un partenariat beaucoup plus renforcé aux forces militaires russes, avec notamment une demande d’accès illimité aux armes de pointe avec des lignes de crédits à long-terme qui permettraient à l’Algérie de payer ses acquisitions militaires onéreuses sans s’étouffer financièrement.

La Russie devra également avoir le droit de tester les armes les plus destructrices sur le territoire algérien ou de développer de nouveaux protocoles militaires en testant des infrastructures militaires algériennes, affirme notre source. Par ailleurs, l’Algérie va proposer des exercices militaires conjoints avec l’armée Russe et invitera régulièrement des hauts gradés russes à venir mener des opérations conjointes avec leurs homologues algériens. « Pour notre sécurité nationale et afin d’équilibrer les rapports de force, nous sommes mêmes prêts à ouvrir une base militaire russe sur notre territoire si les Marocains concèdent vraiment ce droit aux Américains auprès de nos frontières », explique une source algérienne pour qui le Maroc vient de provoquer la rage de l’Algérie qui ne compte pas se laisser faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.