Exclusif. Rahal Boulgoute perd définitivement son bras de fer judiciaire avec la société italienne Polyworld

Clap de fin pour le long feuilleton judiciaire qui a opposé depuis des années la société italienne Polyworld à Rahal Boulgoute, le sulfureux homme d’affaires qui multiplie les annonces de projets à coup de milliards sans qu’aucun ne voie le jour.

Et là justement il s’agit d’un autre projet qui n’a pas abouti et qui a donné donné lieu à plusieurs années de procédures judiciaires entre Rahal Boulgoute, en sa qualité de patron de la société SMI SMIP et Polyworld.

Les deux parties avaient scellé, en 2015, un contrat pour les études techniques du projet de la Green Tech Valley sur les rives du Bouregreg à Salé.

Une année plus tard, soit en 2016, Rahal Boulgoute a résilié, de manière unilatérale, ledit contrat occasionnant un préjudice financier à Polyworld de plus de 50 millions de dirhams.

Les investisseurs italiens ont saisi aussi bien la chambre d’arbitrage en Suisse que les tribunaux marocains. Dans un cas comme un autre, Polyworld a eu gain de cause et a pu obtenir une saisie définitive sur deux lots de terrain.

Récemment, selon des documents consultés par nos soins, la justice marocaine, à travers le tribunal de commerce de Rabat, a décidé la vente aux enchères des deux lots de terrain. La date de cette vente a été fixée au 13 décembre prochain avec une mise à prix initiale dépassant 150 millions de dirhams.

Durant ce long et difficile parcours judiciaire, Polyworld était assistée au Maroc par le cabinet conseil SINMARCO que dirige Ahmed Fouad El Filali et le cabinet d’avocats de Me Mouna Chaachoui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.