Fermeture de l’Espace aérien algérien aux avions marocains : Lamamra n’a même pas été consulté ni informé

Le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, n’a même pas été consulté ni préalablement informé de la décision brutale adoptée le mercredi 22 septembre dernier par le Haut Conseil de Sécurité en Algérie concernant la fermeture « immédiate » de son espace aérien à tous les avions civils et militaires marocains. Les hauts responsables du commandement militaire de l’Armée algérienne en réunion ce jour-là à Alger avec le Chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, n’ont pas jugé utile de consulter Lamamra ni de demander son avis alors qu’il est officiellement le patron de la diplomatie algérienne.

Selon nos sources, Lamamra a appris la nouvelle comme tous les autres algériens en direct sur les médias locaux qui diffusaient l’information en boucle. Au moment des faits, Lamamra se trouvait à New York où il préparait de nombreux entretiens avec ses homologues internationaux en marge des travaux de la 76e session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies. Si Lamamra s’est défendu de montrer le moindre signe de panique ou de stress en public, plusieurs de ses collaborateurs ont confié à des sources bien introduites au sein du sérail algérien que le chef de la diplomatie algérienne a été déstabilisé en privé par cette attitude surprenante et cavalière des décideurs civils et militaires de l’Etat algérien.

Cette décision inattendue et « guerrière » a mis fortement mal à l’aise Lamamra devant ses interlocuteurs étrangers. Le diplomate chevronné n’a jamais cessé de se présenter comme un médiateur chevronné et un pacifique convaincu et persuadé de la nécessité de résoudre les crises et tensions violentes sur le continent africain. Le voila qu’il se retrouve dans la position du représentant du belliqueux qui multiplie les menaces et les agressions contre le voisin marocain. Une posture très délicate et préjudiciable pour la crédibilité de Lamamra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.