La machine médiatique d’Anis Rahmani déployée pour sauver le général Belkecir 

Le lobbyiste Anis Rahmani, patron du groupe de médias Ennahar, est en panique ces jours-ci à Alger. Son dernier et seul protecteur, le général Ghali Belkecir, commandant de la Gendarmerie Nationale, est en train de vivre ses pires jours. Critiqué de partout, exposé à des révélations médiatiques fracassantes, ce général est de plus en plus indésirable au sein de l’institution militaire algérienne où de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer son départ pour se racheter auprès une virginité auprès de l’opinion publique algérienne.
Noyé dans plusieurs affaires de corruption, le général Ghali Belkecir est l’homme qui protège et soutient depuis le mois d’octobre 2018 Anis Rahmani, le patron de presse naguère le chouchou de Saîd Bouteflika. Lâché par les Bouteflika,  laissé orphelin après la chute de Hamel, l’ex-patron de la police algérienne, Anis Rahmani s’est laissé séduire par un Belkecir qui complotait dans les arcanes du pouvoir militaire en espérant convaincre Gaid Salah de miser sur lui dans le sillage des changements radicaux que l’Algérie est en train de connaître. Mais, c’était méconnaître Gaïd Salah qui ne fait pas confiance aux opportunistes et aux lobbyistes véreux.
Le général Belkecir est devenu ainsi le dernier espoir d’un Anis Rahmani qui a peur de disparaître dans cette nouvelle Algérie post-Bouteflika qui se dessine actuellement. Et pour soigner l’image de son protecteur, le patron d’Ennahar TV a déployé toute sa machine médiatique pour s’en prendre aux journalistes qui dénoncent le général Belkecir et réclament haut et fort son limogeage.  Ennahar TV, ALG24, Algérie Confidentiel, et d’autres médias sociaux ainsi que des sites pastiches appartenant aux réseaux d’Anis Rahmani sont actionnés ces jours-ci pour « tirer » sur toute personne qui ose critiquer le général controversé dont le bras droit, le colonel Mourad Zaghdoudi a été écroué à la prison militaire de Blida depuis plusieurs jours.
Apeuré, paniqué, le général Belkecir veut à tout prix sauver sa peau. Et pour ce faire, son ami et protégé Anis Rahmani lui offre une campagne de promotion qui n’a aucun effet. Les Algériens ne sont pas dupes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.