La sale guerre des anciens « rejetons » de Sonatrach

Une véritable guerre froide s’est engagée au sein de Sonatrach, la compagnie algérienne des hydrocarbures. Le vent de changement qui souffle sur le poumon économique de l’Algérie dérange des clans et met fin aux prérogatives de plusieurs hauts responsables, gâtés et chouchoutés pendant de longues années par le régime algérien.

Depuis l’arrivée en mars 2017 d’Abdelmoumen Ould Kaddour à la tête de la Direction générale de Sonatrach, de nombreux changements ont été introduits pour modifier radicalement le fonctionnement de la première compagnie en Afrique. Réorganisation du service commerciale, nouvel organigramme de la Direction générale, nouvelle gouvernance des filiales du groupe, nouvelle stratégie à l’horizon 2030, diagnostic mené par des cabinets américains renommés comme BCG et McKinsey , Sonatrach est bel et bien en train de se métamorphoser pour se libérer de son passé souvent chaotique et les scandales de corruption qui ont fortement ébranlé sa stabilité depuis 2010.

Or ces changements peuvent souvent déplaire, notamment à plusieurs hauts cadres habitués à jouir des avantages de l’opacité pour mener leurs juteuses affaires à l’ombre et sans jamais être inquiétés. La nomenklatura de Sonatrach a lancé ainsi une offensive contre Abdelmoumen Ould Kaddour pour le déstabiliser et le contraindre à quitter son poste. Rumeurs malveillantes, campagnes de désinformation, attaques personnelles, manoeuvres politiciennes auprès de plusieurs dirigeants politiques, la nouvelle direction générale de Sonatrach a eu droit à tout.

A la tête de cette sale guerre, apparait un certain Riadh Allal. Ce conseiller de l’ancien PDG de Sonatrach, Amine Mazouzi, a joué un rôle controversé dans de nombreuses affaires louches conclues par Sonatrach entre 2010 et 2015. « Homme de main » de plusieurs cercles puissants au sein de l’ex-DRS du général Toufik, Riadh Allal était incontestablement la meilleure « taupe » des services algériens au sein de Sonatrach lors de la guerre menée par les éléments du général Toufik contre Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’Energie, qui souhaitait émanciper Sonatrach de la chape de plomb de la police politique.

L’homme a bien accompli sa mission comme de nombreuses autres « taupes » qui ont infiltré la direction générale de Sonatrach. Mais dès sa prise de fonction, Abdelmoume Ould Kaddour décide dans la foulée de limoger l’encombrant Riadh Allal, pour entamer le processus de réforme que nécessitait en urgence l’état de Sonatrach.

Licencié, l’ex-conseiller et puissant cadre de Sonatrach perd son sang froid et comprend que ses relais dans les services ont perdu toute légitimité dans cette nouvelle Algérie qui se dessine.

Pour se venger, il tisse alliance avec les dirigeants de Sonatrach qui se sentent en danger à cause des réformes voulues par Ould Kaddour. Riadh Allal entreprend, dès lors, une excellente opération de désinformation en lançant son site dzinfox.com. Toutes les news infondées, fausses et polémistes sont propagées pour détourner l’opinion publique et convaincre les Algériens que la nouvelle direction générale de Sonatrach est constituée de « traîtres ». L’entreprise échoue, et aucune crédibilité n’est accordée à cette sale guerre, une de plus, que les rejetons et anciens indics des services tentent de mener pour retrouver leurs privilèges d’antan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Benchikh 17:48 - mai 29, 2018

    ce qui se passe à Sonatrach n’est que le resultat d’une mauvaise gestion qui dure depuis des années sans oublier de preciser que cette situation reflete l’image d’une Algerie malade de sa propre maladie

    1. chaoui04 11:18 - juin 9, 2018

      Ya benkhra qu’est ce que cela peut te foutre .Occupe toi de ta tapette de roitelet et aussi de tes femelles qui font la joie des étrangers .

  2. Berrahma 23:44 - mai 29, 2018

    Il y a un proverbe bien de chez nous qui dit: » quand le boeuf tombe, les couteaux pour l’égorger deviennent nombreux ».La Sonatrach à été toujours été l’otage De clans et elle n’a pas attendu le guignol de Toufik pour ça.

  3. Sb 02:40 - mai 30, 2018

    a mediter

  4. Camel 04:47 - mai 30, 2018

    J’airais Souhaite que les 2 pays puissent être des leaders chacun dans domaines diffèrents pour réaliser une.force nord africaine dans le bien des citoyens…

    1. chaoui04 11:20 - juin 9, 2018

      le marococu aura un grand rôle dans la prostitution et l’Algérie de chiqueur….N’est ce pas?

  5. محمد 07:39 - mai 31, 2018

    il est temps de dékabyliser le pays.

  6. Chaoui aures 18:34 - juin 3, 2018

    Le probleme l’auteur de l’article a inversé les roles , les pourris c’est les dirigeants actuels de la sonatrach avec chakib khelil recherché partout c’est un algeromarocoamericain.

  7. Chaoui aures 20:22 - juin 3, 2018

    C’est ça dekabyliser l’algerie et ramener les beni kelbouns a leur place. Taya tha chyakhath iniltane.

  8. boudelaa 18:35 - juin 28, 2018

    la caravane passe et les chiens aboient, allah est juste, ils ne vont rien faire,