L’armée de l’air algérienne opte pour des drones « qui n’ont pas encore prouvé leur efficacité »

Désireux de rétablir un certain équilibre avec le Maroc, l’état-major de l’armée algérienne a décidé de consacrer plusieurs millions de dollars à l’achat de dizaines de drone MALE (Medium Altitude Long Endurance) de fabrication chinoise.

Ainsi, d’après plusieurs sources militaires des hauts gradés de l’armée de l’air algérienne se sont rendus plusieurs fois en Chine auprès des constructeurs China Aviation Industry Corporation (AVIC) et China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) afin de conclure l’achat d’une demi-douzaine de drones de combat et de reconnaissance CH-5 Rainbow et de quatre drones WJ-700 HALE UCAV. Distancé par le Maroc dans ce domaine, Alger voudrait rattraper son retard en musclant sa flotte de drones.

Les observateurs militaires avertis ont souligné que les drones chinois pour lesquels a opté l’armée algérienne n’ont pas encore prouvé leur efficacité sur le terrain. Les Jordaniens et les Irakiens qui les utilisent déjà seraient insatisfaits de leurs performances. L’Algérie utilise 10 drones de combats CH-4 Rainbow Wing Loong I ainsi que 24 drones de combats CH-4 Wing Loong II depuis 2021.

L’armée marocaine qui a utilisé les drones de reconnaissance depuis 1986 avec le système le SkyEye R4E-50, produit par la firme anglo-américaine BAE Systems, dispose aujourd’hui de capacités en drones militaires inégalées dans la région. Sa flotte se compose d’appareils américains (Predator et MQ-9 en cours de livraison), israéliens (Harfang, Hermes 900, Harop et Heron), turc (Bayraktar TB2) et chinois (Wing Loong et Wing Loong II).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.