Maroc. Quand le patron du PAM, Abdellatif Ouahbi, vend du vent à ses militants

Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du Parti authenticité et modernité ayant succédé à Ilyas El Omary, est un homme optimiste. Trop optimiste même quant au devenir de la formation politique née avec une cuillère en or dans la bouche, mais qui fait du surplace depuis.

Ces derniers jours, pour rassurer ses bases, il a fait circuler une rumeur selon laquelle le PAM est assuré de gagner près de 100 (sur 395) sièges au Parlement au titre des élections législatives du 8 septembre.

Arithmétiquement, cela fera du parti du Tracteur la première force politique au Parlement, aux dépens du parti islamiste (PJD) et du Rassemblement national des indépendants (RNI) de Aziz Akhannouch.

Abdellatif Ouahbi répète, à qui veut l’entendre, que ces prévisions se basent sur les rapports des secrétaires régionaux du parti et du sondage qu’un bureau d’étude dont il ne dévoile pas l’identité exacte.

«Il sait au fond de lui-même que c’est de l’ordre de l’impossible au vu de la situation du parti, des graves divisions qu’il vit et du départ massif de certaines de ces grandes figures», commentent les sources de Maghreb-Intelligence.

Aux dernières élections d’octobre 2016, le PAM avait réussi à obtenir 103 sièges, devenant ainsi la deuxième force politique du pays. Mais, depuis cinq ans, bien de l’eau a coulé sous les ponts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *