Le ministre de l’Industrie rappelé à l’ordre

Le nouveau ministre de l’Industrie et des mines Mehdjoub Bedda s’est fait taper sur les mains par les équipes de Zéralda. En effet, pressé par la présidence de trouver une solution à la filière automobile dont l’ancien gouvernement a voulu faire une des « fiertés » du pays, le ministre s’est emmêlé les pinceaux en accusant les usines d’assemblage de se livrer à de « l’importation déguisée ». Le ministre serait-il allé très loin dans le propos. C’est ce qu’il faudrait croire au vu de la levée de boucliers que cela a produit dans les réseaux sociaux et dans la presse. La réputation de l’Algérie comme futur pays d’accueil des industries automobiles en a pris un sérieux coup. « On sait que le taux d’intégration avoisine à peine les 8 %, mais ce n’est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain », affirme un industriel. Beaucoup d’autres hommes d’affaires en veulent à Mehjoub Bedda qui au lieu de menacer de fermer les usines aurait dû « annoncer un pan de relance et des aides de l’Etat afin de rebooster la filière », soulignent les industriels qui demandent aux autorités de regarder du côté des Marocains, qui en dix ans ont pu installer une véritable industrie automobile chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.