Parution: l’ancien chef du bureau de la MAP à Alger explique comment l’instabilité politique en Algérie éternise la rupture avec le Maroc

C’est un livre à garder à son chevet pour ceux qui veulent comprendre les tenants et aboutissants des récentes évolutions des relations entre le Maroc et l’Algérie.

Dans «L’instabilité politique éternise la rupture avec le Maroc», publié récemment par le journaliste et analyste Taieb Dekkar, ce dernier revient sur un long et douloureux processus qui a commencé avec le Hirak en Algérie en février 2019 jusqu’à la rupture des relations entre les deux pays le 24 août 2021. Sinon, plus, jusqu’en février 2022 avec les récents développements ayant changé beaucoup de choses et notamment la nouvelle et courageuse position de Madrid qui soutient désormais le Maroc sur le dossier du Sahara.

Le livre de Taieb Dekkar est une compilation de tribunes et de chroniques publiées sur divers médias électroniques marocains et dont la somme aide à comprendre comment fonctionne «La nouvelle Algérie» avec, à sa tête, une junte militaire vieillotte et dépassée.

Taieb Dekkar s’attarde, entre autres, sur le rôle du patron de l’armée algérienne (ANP), Saïd Chengriha, véritable détenteur du pouvoir qu’il qualifie de «virulent et peu diplomatique, injurieux et diffamatoire à l’égard du Royaume».

C’est le même Chengriha, avec d’autres comme le fameux Messahel et Lamamra, qui a entrepris un terrible travail de sape et un processus qui a mené à une brouille totale avec le voisin marocain.

Cette «rupture devrait ainsi s’éterniser. L’armée algérienne a montré à ceux qui avaient encore des doutes qu’elle détient encore la réalité du pouvoir et que les présidents, quels qu’ils soient, servent simplement de façade extérieure au régime», analyse Taieb Dekkar.

Pour l’analyste, il n’y a rien à attendre de cette «Algérie nouvelle» du tandem Tebboune-Chengriha, qui incarne un «régime militaire monolithique» qui n’a peut-être d’égal que la Corée du Nord. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que certains surnomment l’Algérie «La Corée de l’Est». Un régime unique en son genre qui fonctionne aux coups de sang et aux sautes d’humeur (exemple avec l’Espagne).

Quoi qu’on écrive à propos du livre de Taieb Dekkar, on ne pourra pas en résumer la teneur. Il est à lire et à relire.

Taieb Dekkar connaît bien son sujet. Il a servi pendant dix ans (en deux périodes) comme chef de bureau de l’agence MAP à Alger. Il sait de quoi il parle.

«L’instabilité politique éternise la rupture avec le Maroc»

Aux Editions Fikr

436 pages

Prix: 120 DH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.