Pour la main d’oeuvre agricole saisonnière, l’Espagne veut tourner la page du Maroc

L’Espagne semble décidée à réduire au maximum les liens avec le Maroc en se tournant vers d’autres contrées. Cette fois, Madrid veut en finir avec sa «dépendance» de la main d’oeuvre agricole saisonnière marocaine. C’est dans ce sens que, le 25 mai dernier, le Conseil des ministres a donné son feu vert aux agriculteurs espagnols, ceux de Huelva en particulier, de sonder d’autres pistes et c’est désormais chose faite.

Dans un premier temps, les agriculteurs espagnols vont chercher de la main d’œuvre au Honduras. Quelques centaines pour commencer dès l’année prochaine avant d’élargir cette expérience, voire l’étendre à d’autres pays comme le Honduras.

Depuis le début des années 2000, les agriculteurs espagnols ont commencé à embaucher des saisonniers en provenance de pays d’Europe de l’Est: Roumanie, Pologne… Ils ont refait cette expérience avec les saisonniers et surtout les saisonnières marocaines dès 2006.

Aujourd’hui, Madrid se plaint des problèmes que pose la main d’oeuvre marocaine avec quelque 12.000 ouvrières qui s’étaient retrouvées bloquées en Espagne et qui ont débouché sur une mini-crise, une de plus entre les deux pays.

Au début de cette semaine, et grâce à des mesures exceptionnelles, les ouvrières marocaines ont commencé à regagner leur pays par voie maritime et par centaines par voyage.

Ces ouvrières étaient embauchées dans les champs de fruits rouges et surtout dans les cultures des fraises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.