Pour l’armée algérienne, les nouvelles armes israéliennes confèrent la supériorité à l’armée marocaine en cas de conflit

Comme annoncé il y a quelques semaines par Maghreb-intelligence, l’état-major de l’armée algérienne est particulièrement préoccupé par les dernières acquisitions en armes faites par le Forces armées royales marocaines, particulièrement auprès de l’Etat d’Israël.

Selon un rapport remis au chef de l’APN, le général Saïd Chengriha et dont Maghreb-intelligence a eu vent, trois types d’armes dont l’armée marocaine a la possession aujourd’hui ou qui rentreront en service lors des deux prochaines années inquiètent fortement les généraux algériens.

Il s’agit principalement de trois types de drones : les Hermes 900  dits drones tactiques qui peut voler jusqu’à 36 heures d’affilé pour des missions de reconnaissance, de surveillance et de communications. Rabat dispose déjà de 3 exemplaires qu’elle fait voler au Sahara au long de son mur de sa ceinture de sécurité. Le Harop, un petit drone développé par Israel Aerospace Industries, est capable d’éviter les systèmes de détection d’avions. Avec une charge explosive de 23 kg, il recherche et identifie les cibles ennemies avant de les détruire. Grâce à sa petite envergure (2 mètres de longueur pour 3 mètres d’envergure), le Harop peut être lancé à partir de différentes en mer ou sur terre, ce qui permet à ce petit gadget d’être mettre çà l’abri n’importe où. L’armée de l’air marocaine a également dans son escarcelle depuis 2014 trois exemplaires du drone israélien Heron, livrés sous la version française non armée Harfang et déployé le long des frontières sud-est et visant à contrer les incursions de groupuscules terroristes et d’éléments armés du Polisario.

D’après le rapport remis au chef de l’état-major algérien, ces drones, combinés aux Bayraktar TBE turcs, vont permettre à l’armée marocaine d’annihiler la défense antiaérienne algérienne. Se basant sur les conclusions de la dernière guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et des bombardements menés en Syrie contre l’armée syrienne et les milices iraniennes, le rapport révèle l’incapacité des systèmes antiaériens S-300PMU2, Pantsir S-/Pantsir S-2/Pantsir SM à faire face aux nouvelles capacités marocaines.

L’autre grande inquiétude de l’armée populaire algérienne provient des nouveaux systèmes de radar et de contrôle très au point technologiquement et qui vont très bientôt équiper les avions de chasse marocains. Ce qui confère aux aéronefs chérifiens une puissance de projection et de navigation inégalée dans la région.

L’autre arme qui risque de changer la donne radicalement est l’entrée sur scène des missiles intelligents Spike LR II et les Spike NLOS. L’armée marocaine vient en effet de signer un contrat avec la firme israélienne Rafael pour équiper ses nouveaux hélicoptères H-64E Apache ce de ce missile guidé antichar 4e génération (tire et oublie) dont la portée varie entre 600 mètres à 25 kilomètres. Une véritable menace sur les chars algériens qui pourraient être engagés sur des terrains arides.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.