Que cachent les largesses algériennes pour un prince saoudien ?

Les autorités algériennes, via la Direction des services agricoles (DSA), viennent de concéder, mercredi dernier, une superficie de 5.000 hectares à un prince saoudien, Mishaal Bin Saud Bin Abdulaziz.

Le prince saoudien, associé à l’homme d’affaires algérien Abdelkrim Bounaâma, exploitera ces 5.000 hectares situés à El Menea pour des cultures « stratégiques » comme les qualifient officiellement les autorités algériennes. Soit la production de céréales et d’aliments pour le bétail.

Si le montant de la transaction n’a pas été révélé (y aurait-il vraiment eu une contrepartie ?), Alger affirme que ce projet générera près de 100 emplois.

Grand hic, ni le prince saoudien, septuagénaire, ni l’homme d’affaires algérien (opérateur de BTP) n’ont d’expérience dans le domaine de l’agriculture. 

Serait-ce l’une des suites de la visite, controversée, du prince Bin Salmane (MBS) en Algérie début décembre dernier ?

Tout porte à le croire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.