Rapprochement d’Emmanuel Macron avec le régime algérien : le rôle incontournable du général-major M’henna Djebbar

C’est l’homme clé qui a beaucoup peser dans les coulisses sur la réussite du rapprochement entamé par Emmanuel Macron avec le régime algérien. Sans cet homme, la visite de Macron à Alger et Oran ponctué par une réunion historique et inédite entre les services secrets algériens et français n’aurait jamais été une réussite. Cet homme s’appelle le général-major M’henna Djebbar, l’actuel patron de la direction générale de la Lutte contre la Subversion (DGLS), le tout nouveau service secret algérien créé depuis novembre 2021 et confié à ce cacique du renseignement algérien qui avait dirigé de 1995 jusqu’à 2013, la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), le puissant renseignement militaire algérien.

Homme de réseau et jouissant d’un impressionnant carnet d’adresses en France, M’henna Djebbar est le général algérien qui connaît le mieux les services secrets français. Il connaît Bernard Emié, l’actuel patron de la DGSE, les services secrets français, il avait connu également Bernard Bajolet, l’ex-patron de la DGSE de 2013 jusqu’à 2017, et de nombreux autres puissants patrons des services français comme Bernard Squarcini.

Francophone et francophile, M’henna Djebbar connaît parfaitement les rouages des services de sécurité français et dispose de relais puissants au plus haut sommet de l’Etat français. Très apprécié en France pour son écoute et sa collaboration fructueuse avec les autorités françaises sur de nombreux dossiers, M’henna Djebbar a fait plusieurs voyages en France depuis le début de cette année 2022 pour rencontrer Bernard Emié et des conseillers de l’Elysée afin de lancer le processus de négociations avec les autorités françaises concernant un retour à la normale dans la coopération entre les deux pays. De nombreux malentendus suscitant des tensions entre Paris et Alger ont été étudiés par Bernard Emié et M’henna Djebbar avec pour résultat l’aboutissement à l’organisation en grande pompe de la visite de Macron à Alger et Oran du 25 au 27 août dernier.

Lors de la réunion historique organisée à la résidence du président algérien Tebboune à Zéralda, alors que le repas de vendredi 26 août n’a pas encore commencé, les deux chefs d’Etat Emmanuel Macron et Abdelmajid Tebboune, entourés de leurs principaux responsables militaires et du renseignement, on voyait au premier plan, à gauche : Bernard Emié, patron de la DGSE, et à droite, M’henna Djebbar, le patron de la DGLS. Les deux hommes qui ont certainement permis à Alger et Paris de se retrouver après une profonde brouille diplomatique qui a duré presque deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.