Royal Air Maroc « les ailes du soft power » marocain en Afrique qui font mal à l’Algérie et à la Tunisie

Dans plusieurs aéroports d’Afrique de l’Ouest, les voyageurs règlent leur montres sur les vols de la RAM. La compagnie aérienne marocaine qui dessert aujourd’hui 26 destinations en Afrique connait un véritable engouement auprès des usagers de cette région.

Après deux années difficiles à cause de la pandémie du Covid-19, la RAM a repris en 2022 la majorité de ses vols vers les pays subsahariens. Elle a également procédé au réaménagement du programme de ses vols, du recrutement de personnel local et de la diversification de ses offres. Il faut dire que dans cette région la concurrence fait rage entre les grands transporteurs aériens  mondiaux.

Et malgré une forte présence d’Air France et de Turkish Airlines, la Royal Air Maroc a réussi à installer Casablanca comme un hub incontournable entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Nord. La RAM se positionne de loin comme le 1er opérateur aérien maghrébin et d’Afrique du Nord avec plus de 1 millions de voyageurs transporté depuis et vers l’Afrique subsaharienne.

Ce positionnement de la RAM a poussé Air Algérie a annoncé une série de mesures (achat de nouveaux avions, nouvelles routes vers les capitales africaines). Des annonces difficilement réalisables. « Il ne s’agit pas tout simplement d’offrir des avions et de plans de vol, mais d’un savoir-faire conséquent, d’agents très expérimentés sur le terrain et d’une politique volontariste vers les usagers », confie à Maghreb-intelligence une source autorisée à la RAM.

C’est dans ce cadre-là d’ailleurs que la Royal Air Maroc a multiplié depuis de longues années les partenariats avec de grands événements culturels du continent. Au Cameroun (un marché de 40 milles voyageurs par an), la RAM accompagne (transporteur officiel) depuis 2014 « Ecrans Noirs », l’un des plus importants festivals de cinéma de la région.

Il l’est également pour d’autres prestigieuses manifestations culturelles du continent comme le FESPACO au Burkina Faso, la Biennale de Dakar au Sénégal, la Biennale de Bamako au mali pour la photographie, le Marché des arts et du Spectacle Africains en Côte d’Ivoire et bien d’autres.

Cette stratégie confère aujourd’hui à la RAM un avantage comparatif certain par rapport aux autres compagnies maghrébines. Un avantage difficilement rattrapable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.