Sans campagne de boycott, les industriels de l’huile marocains voient leurs ventes dégringoler

Les industriels de l’huile de table au Maroc passent par une situation peu enviable depuis quelques mois avec la hausse des prix suite à la flambée des coûts des intrants sur le marché international.

Selon plusieurs sources au sein de la profession, interrogées par Maghreb-Intelligence, la demande a chuté ces derniers temps de manière significative, entre 20 et 25%.
« Il ne s’agit pas de boycott, mais les clients finaux ont réduit leur consommation de manière drastique », affirment nos sources. Certains commerçants au détail ont réduit leurs commandes estimant très maigres les marges qu’ils vont dégager, voire arguant ne pas vouloir être dans la gêne avec leurs clients, les simples consommateurs. Et les clients finaux ne sont pas que les ménages, mais surtout les plus grands consommateurs.

« Certaines conserveries de poissons, clients traditionnels de l’huile de table, ont fermé des unités de production après les hausses successives des prix. Payer le litre d’huile de table 1,50 ou 2 dirhams de plus n’arrange pas leurs affaires », expliquent nos sources.

L’huile de table vient s’ajouter aux denrées de base qui ont connu une hausse de prix. Cette denrée n’est plus subventionnée par l’État depuis quelques années contrairement à la farine de base et au gaz butane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.