Algérie : Pourquoi Le clan du président Bouteflika est à la recherche d’un parapluie international

Alors qu’ils ne cessent implicitement et explicitement de dénoncer toute ingérence étrangère dans l’actuelle crise qui fait rage en Algérie, les hommes du président Abdelaziz Bouteflika sont, bizarrement, à chercher des appuis sur le plan international ou encore à comparer ce qui vit l’Algérie aujourd’hui à ce qu’ont déjà connu l’Irak ou la Syrie. Mais pourquoi Ramatane Lamamra vole de capitale en capitale, alors que Lakhdar Brahimi répète ad nauseam que si les Algériens continuent à réclamer le départ de l’actuel régime, le pays risque de sombrer comme la Syrie ou l’Irak. Une phraséologie bien étudiée et qui « parle plus aux décideurs étrangers qu’aux manifestants algériens », affirme un ancien ministre d’Abdelaziz Bouteflika, aujourd’hui rallié au hirak.

En effet, il semblerait que face à l’impasse devant laquelle il se retrouve, le pouvoir cherche « une onction internationale » pour passer outre la constitution et la demande populaire. « L’étau se resserre de plus en plus autour du clan présidentiel. Noureddine Bedoui a toutes les peines du monde pour convaincre des personnalités crédibles de rejoindre son gouvernement. Lakhdar Brahimi n’arrive pas à dresser une liste de noms à proposer pour la conférence national », croit savoir notre ministre. Il est donc fort possible que l’on atteigne la date butoir du 28 avril sans qu’aucune avancée ne soit enregistrée. Une situation dont pourrait profiter l’armée et son patron pour essayer d’imposer une « solution adéquate ». D’ailleurs, il ne se passe plus un jour sans que le général Ahmed Gaïd Salah ne prenne la parole pour rappeler « la proximité et les liens indéfectibles » entre l’ANP et le peuple algérien.

Ce serait donc pour « neutraliser » l’armée et le général Ahmed Gaïd Salah que Ramatane Lamamra serait parti en mission à Moscou, Rome et Pékin. « Le parapluie international que quémande Abdelaziz Bouteflika, c’est plus pour contrer l’armé que le peuple », souligne un habitué du sérail qui avoue que « Gaïd Salah accentue la pression du l’entourage du président pour que celui-ci renonce à tout rôle politique après le 28 avril ». Une pression qui commence déjà à porter ses fruits avec le retrait des deux frères du président Saïd et Nacer qui, depuis lundi, ne sont plus dans la boucle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nasser 20:20 - mars 19, 2019

    Je pense qu’après ce voyage, Bouteflika va donner l’ordre aux forces de sécurité de taper le peuple.

  2. DZ Infos 23:29 - mars 19, 2019

    Il n’y a pas de  » hirak « qui tienne en Algérie. Cette dénomination qui en arabe signifie simplement  » mouvement » utilisée dans les articles en langue française appartient à Zefzafi et ses compagnons que vous avez jetés dans vos geôles pour avoir simplement réclamé un hôpital dans son patelin.
    Pas la peine de vous parer des plumes du paon algérien et de chercher à nous maroquiniser bessif, nous nous ne volons pas le patrimoine culturel et historique des marocains, nous avons notre propre identité méditerranéenne, qui n’est pas celle de nos voisins.

    1. Samy6 16:40 - mars 20, 2019

      je suis Algérien mais je pense que le maroc est en méditerranée également et je ne vois qu’est ce qui nous différencie de nos voisins??? Encore un kabyle qui se prend pour un suédois 🙂

      1. DZ Infos 09:09 - mars 22, 2019

        La plus grande partie du maroc est atlantique et reliée à l’Afrique noire. Un minuscule morceau, le Rif appartient seulement à la Méditerranée et n’est pas considéré comme marocain par le royaume lui même qui l’a complètement abandonné depuis Hassan le chimique. Les marocains sont essentiellement des mulâtres de mères ouest africaines, ça se voit suffisamment sur leurs tronches.
        Ceux qui considèrent les marocains comme des frères sont effectivement leurs frères par ascendance lointaine ou récente, des naturalisés vivant à l’Ouest, là où se sont fixés les marocains pendant l’ère coloniale.
        La Suède n’a rien à voir, les Algériens sont des Méditerranéens, pas des mulâtres.
        .

        1. Babou 21:50 - mars 25, 2019

          Vaste réviser l’histoire avant de sortir des âneries

  3. kaced 13:03 - mars 20, 2019

    Un diplomate respectueux ne devrait jamais cautionner un coup d’état constitutionnelle et encore moins internationaliser une revendication légitime interne.il devient alors comme un receleur.

  4. Hafid z 21:02 - mars 20, 2019

    الجزائر لها أبنائها المخلصين و الشعب أنه سلمي حظاري ولهدا لا لتدويل القضية…

  5. Nadir 10:59 - mars 25, 2019

    Tout faux, la situation est la suivante le capital bien mal acquis depuis plus de 40 ans cherche avec l appui des oligarques, certains partis de Ouyahia, Tawfik, and co à discrediter les nationalistes. Seule la neutralité de l armée assainir peut nous sauver d une guerre pire que ce que nous avons vécue.vive l Algérie libre et démocratique rêvée par Abene pas libérale comme la veulent certains comme Boussouf and Co.