WordPress database error: [Table './intramaghreb_intellofr/wp_wfhits' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed]
SELECT MAX(attackLogTime) FROM wp_wfhits

Documents exclusifs : Comment l’Azawad a basculé en un émirat islamique contrôlé par Ansar Adine – Maghreb Intelligence

Documents exclusifs : Comment l’Azawad a basculé en un émirat islamique contrôlé par Ansar Adine

D’après des documents exclusifs que Maghreb-intelligence s’est procuré auprès du MNLA,  il ressort que le groupe Ansar Addine aurait réussi à mettre totalement la main sur le territoire du Nord du Mali. [onlypaid]Les combattants du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad qui avaient proclamé au départ de la rébellion leur désir de constituer un Etat laïc et moderne ont remisé leurs ambitions au placard et se sont ainsi inclinés devant le rouleau compresseur du groupuscule islamiste Anssar Addine. Les deux groupes ont signé au courant du mois de mai à Gao « un cadre institutionnel et réglementaire provisoire des instance de l’Etat islamique de l’Azawad ». Cet accord prévoit dans son préambule la création d’un Conseil de Choura composé des Oulémas et des notables qui sera la source de toute légitimité et qui veillera sur la composition d’un organe exécutif appelé le Conseil Transitoire de l’Etat Islamique de l’Azawad-CTEIA- désigné pour une année renouvelable une seule fois. La CTEIA qui fera office de gouvernement transitoire sera composé de 19 membres dont un président et deux vice-présidents, un chargé des Affaires étrangères, un chargé des Affaires militaires et de la Défense et surtout un chargé de Prédications et de l’Orientation des mosquées, en plus d’un chargé de l’Education islamique. La mainmise d’Anssar Addine transparait clairement dans les missions confiées à la CTEIA. Il s’agit prioritairement de la consolidation de la religion et du renforcement de l’unité des musulmans azawadiens. En cas de divergences entre les membres de l’instance exécutive, c’est le Conseil de Choura dominée par Anssar Addine qui tranchera. Outre cette disposition, l’accord prévoit également l’instauration par le chargé de la Justice d’une police islamique sous l’appellation du service de la Hisba.

Documents exclusifs :