Exclusif. Algérie : pourquoi le président Abdelmadjid Tebboune n’a plus peur de l’armée

En Algérie, beaucoup d’observateurs sur-estiment le pouvoir de l’institution militaire. L’armée inspire, certes, le respect et la considération. Mais depuis la mort d’Ahmed Gaid Salah, le 23 décembre 2019, elle n’inspire plus la peur ou la crainte. Et c’est exactement ce qui explique le comportement actuel d’Abdelmadjid Tebboune, le président algérien encore maintenu au pouvoir en dépit de deux mois d’hospitalisation à l’étranger à la suite d’une infection au COVID-19.

A la mort d’Ahmed Gaid Salah, Abdelmadjid Tebboune a perdu son parrain grâce auquel il a pu être désigné à la tête de l’Etat algérien à la suite d’un processus électoral totalement impopulaire et rejeté par la population algérienne. Avec le soutien de Gaid Salah, Tebboune décroche la magistrature suprême alors que la majorité des autres généraux algériens ne sont guère enthousiastes par sa candidature. Avec Gaid Salah, Tebboune savait qu’il était moyennement protégé, mais il savait qu’il ne pouvait pas prétendre être le véritable Président du pays. Tebboune dès l’annonce de sa victoire aux présidentielles de décembre 2019 était parfaitement conscient qu’il partagera le pouvoir avec Ahmed Gaid Salah. Il sera le rideau derrière lequel se cachera le vrai président du pays, à savoir le chef d’Etat-Major de l’armée algérienne.

Mais le 23 décembre, le destin décide de vaciller la vie de Gaid Salah et laisse Tebboune orphelin. Le jour de l’annonce du décès du puissant homme qui avait régné d’une main de fer sur l’armée algérienne pendant 15 longues années, Tebboune est sous le choc. Des membres de son entourage rapportent sa vive émotion et sa profonde inquiétude.

Mais petit à petit, face au nouveau establishment militaire dirigé par Said Chengriha, Abdelmadjd Tebboune se rend compte que l’armée algérienne a perdu son chef charismatique. Son leader incontesté. La direction de l’armée est divisée et Chengriha n’a pas l’envergure d’Ahmed Gaid Salah. Tebboune a de moins en moins peur et décide de prendre le dessus. Il impose rapidement aux militaires ses conseillers à la présidence. Il leur demande des réunions régulières dans le cadre du Haut Conseil de Sécurité. Il médiatise ses visites au ministère de la Défense Nationale et il utilise toute la symbolique le montrant comme le véritable « chef » du pays.

Minée par une guerre interne opposant Said Chengriha aux anciens caciques du clan Gaid Salah comme le général Wassini Bouazza, Abdelkader Lechkham, Akroum ou Amar Amrani, Tebboune joue le rôle de l’arbitre et profite de l’occasion pour s’imposer comme celui qui doit décider pour l’armée. A la grande surprise générale, trop divisés, les militaires se laissent faire et se réfèrent à son arbitrage. Tebboune laisse Chengriha intérimaire pendant 6 mois pour tester sa fidélité, il conserve son amitié avec Ben Ali Ben Ali, le général le plus décoré et âgé de l’armée algérienne, pour maintenir un équilibre intrigant censé lui permettre de bâtir un nouvel ordre.

La tactique de Tebboune a fonctionné et à partir du 5 juillet 2020, il s’impose sur l’armée et permanise un Said Chengriha qui lui a fait le sale boulot en se débarrassant des généraux les plus dangereux comme Wassini Bouazza. Mais Tebboune tombe malade à partir du 15 octobre et son absence a commencé à partir de la fin de mois de novembre à faire jaser. Les conciliabules s’enchaînent et une réunion est officiellement organisée le 10 décembre dernier au ministère de la Défense Nationale pour parler de la situation politique du pays paralysée par la longue absence de Tebboune. Pour la première fois, le mot article 102, à savoir destitution de Tebboune, est prononcé.

Tebboune panique et réagit avec sa vidéo du dimanche 13 décembre en affirmant qu’il est encore là et il va bientôt revenir. Je suis encore le Président. L’homme choisit Twitter pour s’exprimer et ne cite pas l’armée pour lui rendre hommage. Tebboune malade et diminué n’a pas peur et accepte d’engager le bras-de-fer parce qu’il connaît parfaitement l’Etat-Major de l’ANP. Il n’a pas affaire à Gaid Salah qui aurait pu le déloger depuis longtemps. Il sait qu’il n’y a plus de Gaid Salah au pouvoir au ministère de la Défense nationale. L’armée ne lui fait pas peur car il a d’ores et déjà ausculté cette institution de l’intérieur en sondant ses faiblesses et forces. A-t-il tort ? S’agit-il d’un excès de confiance ? L’avenir nous le dira…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mohamed. 09:57 - décembre 16, 2020

    Le grossier montage est un deep fake…
    La France tente 1 nouveau coup d’état pour maintenir ses positions.
    La France pense toujours que l’Algérie est un laboratoire et les algériens des souris.

  2. dz man 11:00 - décembre 16, 2020

    Je me suis dit que so MI n’a pas réagit aux dernières nouvelles Algériennes, c’est qu’il est occupé dans la cuisine du makhzen à préparé un couscous empoisonné pour l’ Algérie.
    L’armée Algérienne est présente partout, vous la taxer de dictature militaire. Elle se retire du jeu politique et se consacre à la protection du pays, elle ne fait plus peur et Tebboune a pris le dessus sur elle.
    En vérité, vous voulez une armée fantoche, style armées du golf ou makhzen à votre solde mais, ça niet avec l’Algérie.
    Votre fantasme le plus cher était que l’armée éjecte Tebboune et que l’Algérie rentre dans une période transitoire de turbulence pour vous faciliter l’exécution de vos plans sordides. C’était sans compter sur la vigileance de la grande muette. L’ANP a retenue les leçons de l’histoire et les guerres internes des clans ne servent à rien et affaiblissent le pays. L’ANP savait que Tebboune se rétablisse et qu’il reviendrait.
    Contrairement à la période Bouteflika, ou n’importe quel petit barbouze arrivait à renté dans la chambre du malade, cette fois-ci, les services ont bien verrouillée le dossier du cas Tebboune et aucune partie n’a réussit à avoir la moindre info de lui.
    Je retrouve dans votre article les mêmes points relevés par toujours les mêmes : Abderrahim Manar Slimi, MondeAfrique, MI, Jeune Afrique, Afric.com, toujours les mêmes barbouzes payés pour déstabiliser la maison Algérie. Vous pouvez toujours essayer, cela finira par bien pousser tous les algériens à s’unir autour de leur armée et président.

    1. Mansour Essaïh 20:14 - décembre 16, 2020

      Les cerveaux de certains algériens (Je dis bien certains et pas tous) sont ravagés par la marocanite et la makhzénite. Les séquelles de la guergarite qui les a frappés tout dernièrement seront difficiles à surmonter de sitôt.

      Que le Seigneur Allah leur vienne en aide et les débarrasse de la junte porteuse de ces virus qui les rongent et qui les distraient de ce qui se passe dans leur propre pays. Aaaamiiiine !

      1. Lazizi 22:00 - décembre 16, 2020

        Tooozzzzzz !!!

      2. Fikri 22:12 - décembre 17, 2020

        Les esclaves traîtres, lécheurs de babouches et du cul des sionistes sortent de leurs trous des que ça parle d’Algerie ! Pourquoi donc?

    2. Ziad 21:30 - décembre 16, 2020

      Au moins sur site, on te laisse déposer tes commentaires débiles, répétitifs . s’en tamponner le coquillard de l’Algérie ou de son armée grabataires . Je donne 10 à 15 ans pour se disloquer de l’intérieur. Les fissures deviennent de plus en plus grande. Occupez vous de vos problèmes qui sont multiples

      1. Mansour Essaïh 04:50 - décembre 17, 2020

        Prière de réduire ce délai. De l’avis même des experts économistes et financiers algériens, la banqueroute totale est prévue pour fin 2021 au plus tard.

      2. Fikri 22:20 - décembre 17, 2020

        C’est le site à ton père?
        C’est la prostituée qui se moque du trottoir, un esclave qui prédit la dislocation du pays continent dans 10 ou 15ans, il faut arrêter de snifer les cul des juifs, ça nuit gravement au cerveau.

    3. Aller 13:31 - décembre 18, 2020

      Le discours des corrompus du systeme en meme temps, voix de son maitre et carpette de la mafia,ont le NIF monstrueusement hypertrophique pour defendre la gabegie et la ruine du pays.La mafia a ruiné le pays ,la moitié de ses barons sont derrière les barreaux avec un president éjecté et un autre mal élu qui prend la relève pour proteger les generalissimes milliardaires avec des placements et des entreprises à l étranger. Le bouffon qui joue à l avocat de la mafia système etait effrayé par le Hirak populaire. Le bouffon est aveugle et ne se pose même pas de questions Pour lui « pourvu que ça dure « Celà s appelle la lâcheté des lèche bottes asservis qui deteste la vindicte populaire ,Pauvre bougre qui explique tout par le voisinage.

    4. Amadou kamara 20:05 - décembre 18, 2020

      L Algérie est un presque État, créé par l impérialisme du 19 siècle par décret et ce dans l objectif de déstabiliser le maghreb,
      qu il soit éternellement divisé. L Algérie, ce nom donné par la France, qui a réussi a instauré ses Caporaux qui s accaparent la totalité de richesse du pays relevant des hydrocarbures et gouvernement ce malheureux pays.
      L Algérie, possède la plus grande nappe phréatique au monde, NPK est bien abondante sur son sol, ressources naturelles
      Colossales.
      Hélas, l homme blanc en profite, la population locale souffre d une précarité
      durable , endémique et enracinée.
      La solution est entre les mains de l élément humain.
      Pour s en sortir, Une grande élite à l étranger……..

  3. Lazizi 21:58 - décembre 16, 2020

    Tooozzzzzz !!!

  4. Mourad 06:18 - décembre 31, 2020

    Bonjour,
    Je faisais partie du Hirak, mais avec les événements actuels,le rapprochement des pays du golf et du Makhzen avec les sionistes,(juifs) ISRAËL, j’ai dis juifs car dans leur constitution c’est marqué ainsi.
    Conclusion, je suis derrière notre armée populaire corps et âme, contre l’ennemi potentiel, avec qui le Makhzen s’est rapproché, l’histoire refait surface et poursuit le Makhzen, comme il a collaboré avec l’Espagne et la France pour arriver à bout de la révolution d’El-khetabi (Rif), en contre partie la reconnaissance de ces deux dernières de le mettre en place comme souverain illégitime et fantoche du Maroc , qui devient une création pure de l’Espagne et la France. Ils étaient où les marocains pendant l’invasion Européenne de Dzair, malgré les plusieurs batailles qui n’ont cessé depuis 1830….
    Il faut arrêter avec vos mensonges dans vos mosquées d’Esclaves a cracher du venin sur le peuple Algérien, vous êtes hypocrites et vous profiter de chaque situation, sans que vous soyez porteur de ces libérations, vous réclamez des terres imaginaires telles le Sahara occidentale, le peuple Sahraouis qui a combattu contre les espagnoles de Franco. Votre Roi pissait devant Franco, son intérêt c’est l’esclavagisme…pendant la guerre civile espagnole il a envoyé des pauvres esclaves à la rescousse de Franco. Aucun principe, il est véhiculé par son seul intérêt et de se maintenir au trône
    Hier avec Franco. Le catholique et aujourd’hui, il a trouvé de nouveaux frère de religion des juifs sionistes…
    J’arrête là,
    VIVE LA RÉPUBLIQUE SAHRAOUI, VIVE LA PALESTINE, ET VIVE L’ARMÉE ALGÉRIENNE LA PROTECTRICE DES DROITS DES PEUPLES OPPRIMÉS

  5. RAIS 17:38 - janvier 3, 2021

    Pauvres Marocains…….. Je perds espoir qu’un jour que tu te reveilles. Soumis tu es, soumis tu resteras au descendant d’un glaoui et un concubine servante.

    1. Banane 03:26 - janvier 7, 2021

      Va faire la file pour ton sachet de lait reconstitué et tais-toi si tu veux pas te retrouver derrière les barreaux comme la centaine de prisonniers d’opinion algériens…

  6. Kamel 18:52 - janvier 5, 2021

    Skander salhi $ Abdou samsar. Tous est clair.