Exclusif. Ali Haddad réclame un crédit de 200 millions de dollars pour relancer ses affaires

Malgré les tensions politiques en Algérie depuis l’éclatement du scandale de la cocaïne du Port d’Oran, tensions qui ont conduit à un sévère recadrage au sein du régime, Ali Haddad tente toujours de faire prospérer ses affaires pour « assurer ses arrières », face à la tempête politique en cours.

Avec une crise budgétaire qui a réduit de manière significative les projets et commandes publiques, un tour de vis rigoureux qui a calmé les ardeurs de nombre d’oligarques habitués aux largesses du système, Ali Haddad continue de réclamer des crédits bancaires mirobolants dont les montants défient le bon sens. Maghreb Intelligence apprend auprès de plusieurs sources bancaires à Alger que le deuxième homme le plus riche d’Algérie a introduit une demande d’un prêt bancaire de près de 200 millions de dollars auprès de trois banques. Il s’agit de la Banque Nationale Algérienne (BNA), l’ABC Bank, une banque originaire du Bahreïn, ainsi que de la banque française Société Générale.

Avec ces 200 millions de dollars, Ali Haddad envisage de relancer ses affaires à l’arrêt en raison de la crise qui paralyse le secteur du BTP depuis 2015/2016. Avec cet argent, le roi des oligarques algériens ambitionne de renforcer ses investissements dans le secteur de l’énergie pour ne plus dépendre uniquement de la commande publique dans le domaine de la construction des infrastructures. Pour l’heure, son dossier n’a pas trouvé de réponse, et les trois banques tâtonnent car l’empire d’Ali Haddad ne cesse de chanceler en ces temps hostiles pour les oligarques à Alger.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bellahsene Assia 09:24 - septembre 2, 2018

    Quel culot! Sa place est normalement en prison, et son jugement devrait être sa condamnation à mort (vu que la peine de mort figure dans le code pénal algérien). Condamné à mort pour crime économique et haute trahison!

  2. Scags 09:30 - septembre 2, 2018

    Moi j’ai besoin de 100 millions d’euros pour lancer une affaire à qui faut il s’adresser merci.

  3. Moussaoui 09:45 - septembre 2, 2018

    Algerie.en faillit. Il. Faut. Sauvé l.algerie

  4. Argos 09:52 - septembre 2, 2018

    Ce ali Haddad oligarque très proche du pouvoir Bouteflika surtout Saïd Bouteflika qui ensemble ont trempé dans des magouilles de surfacturation grâce à des contrats BTP stade de tizi ouzou à arrêt ou le taux avancement ne dépasse même pas 40% depuis des années de ailleur plusieurs chantiersont arrêté ou abandonné par sont groupes et c est sous traitant ce Haddad un voleur escroc notoire à profité largement des largesses de ce pouvoir corrompus c est enrichie personnellement pour acheter des biens immobiliers à étranger n as rien apporter à Algérie en terme investissement de capitaux pour un homme deuxième grande fortune d Algérie grâce à c est magouille détournement des fonds publics pourquoi inject t il pas sont argent personnel pour renflouer c est caisses vides il vas sûrement demandé aide financière à Saïd sont amis pour aider à avoir les fonds auprès des banques algériennes faire pression.

  5. Djamel 12:05 - septembre 2, 2018

    J’ai un compte à la BNA et je m’oppose vigoureusement que cet individu puise dans mon compte pour « relancer ses affaires »

  6. Rochdi 13:06 - septembre 2, 2018

    Oui
    Meskin
    Pour relancer ses affaires
    Oui pour sa trésorerie en Europe et ses hôtel en Espagne

  7. Kamel 12:08 - septembre 3, 2018

    Oligarque ou pas,riche ou pas,c le début de la fin de ces habssines,sarakines,tamaïnes,chiyatines,enfin tout ce qui se termine par INES.capici