Exclusif. L’Algérie soupçonne Paris de tenter de semer la zizanie entre elle et Washington

Alger est en colère. Les dirigeants algériens soupçonnent Paris de tenter de semer la zizanie entre l’Algérie et les Etats-Unis. Selon plusieurs sources à Alger, Abdelamdjid Tebboune et ses conseillers sont persuadés que c’est la France d’Emmanuel Macron qui a nourri les récentes craintes exprimées ouvertement et publiquement par le Secrétaire à la Défense des Etats-Unis, Mark Thomas Esper, lors de son déplacement le 1er octobre dernier à Alger. « Les français voient d’un très mauvais oeil le projet d’autoriser l’armée algérienne d’intervenir en dehors de ses frontières. Ils ont fait un énorme lobbying auprès de Washington pour qu’elle envoie le chef du Pentagone afin d’adresser un avertissement clair et précis aux Algériens sur l’utilisation de leur armée pour servir des agendas russes dans la région », explique une source diplomatique algérienne.

A Alger, Mark Esper n’avait pas, effectivement hésité, à prévenir les dirigeants algériens que les Etats-Unis ne laisseront jamais les Chinois ou les Russes transformer l’Afrique du Nord en une zone d’influence pour faire avancer leurs pions et accroître leurs intérêts. Selon nos sources, Mark Esper a mis dans la gêne Tebboune et Chengriha avec ses questions insistantes sur les dessous du projet des futures interventions de l’armée algérienne à l’étranger.

Le chef du Pentagone américain a clairement expliqué à ses interlocuteurs algériens que les relations bilatérales avec les Etats-Unis seraient affectées si l’Algérie espère de devenir le bras armé de la Russie dans la région. La menace était à peine voilée obligeant ainsi Tebboune et Chengriha à rassurer leur interlocuteur américain en lui promettant que l’Algérie renforcera sa coopération avec les Etats-Unis pour la lutte contre le terrorisme.

A la fin de la visite de Mark Esper, les conciliabules se sont multipliés à Alger pour discuter des motifs de la colère américaine et des potentielles conséquences de la mise en garde du chef du Pentagone. Et Alger est convaincue que c’est Paris qui est à l’origine de cette offensive américaine dans la région pour remettre les pendules à l’heure…

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *