Exclusif. Le mouvement Rachad : 4 chats qui font du bruit pour occulter les défections

Depuis plusieurs jours, le mouvement à coloration islamiste Rachad est au cœur d’une vive polémique en Algérie. Objet de toutes les critiques, ce mouvement aux convictions islamistes déguisées et aux connexions internationales suspectes est en réalité une coquille vide composée d’à peine 4 personnes qui font du bruit dans la seule optique pour faire oublier les successives défections qui ont miné leur mouvement. En effet, aujourd’hui, le mouvement Rachad est composée de Larbi Zitout, Mourad Dhina, Yahia Mekhiouba et Abbas Aroua. 4 personnes exilées à l’étranger qui dirigent un mouvement fantomatique dont la majorité des anciens adhérents ont négocié avec le pouvoir algérien leur retrait en échange d’un retour garanti au pays.

En effet, Seddik Dadi, ancien activiste de Rachad en Suisse a négocié un accord avec les autorités algériennes qui lui permettent, désormais, de rentrer en Algérie sans aucun risque et l’homme a pris totalement ses distances avec Rachad. Et pourtant, Seddik Dadi est l’homme celui qui a permis à Rachad de prendre une dimension internationale avec les poursuites judiciaires enclenchées en Suisse contre le général Khaled Nazzar, l’ex-ministre de la défense nationale au début des années 90.

Plusieurs autres adhérents beaucoup moins connus ont pris leur distance avec Rachad préférant négocier directement avec le régime algérien. Certains fondateurs de Rachad se sont également retirés à l’image de l’ancien agent du DRS Mohamed Samraoui.

Les membres du noyau dur de Rachad ont eux-mêmes mené des négociations avec le régime algérien et entretiennent régulièrement des contacts avec les services algériens. Mourad Dhina a négocié à plusieurs reprises avec le colonel Abdelouahab, l’ex-attaché du DRS en Suisse entre 2009 et 2011. Il avait également entretenu des contacts avec le général Ali Bendaoud, l’ex-attaché du DRS à l’ambassade d’Algérie à Paris.

En été 2019, lorsqu’il était en vacances en Tunisie, Yahia Makhiouba a pris contact avec des intermédiaires proches des services algériens pour savoir s’il risquait d’être inquiété ou incarcéré s’il voulait revenir en Algérie. Les contacts n’ont jamais été interrompus entre Rachad et les services algériens. Seuls le plus radical de ces éléments, à savoir Larbi Zitout est écarté de ses discussions. Ancien fonctionnaire à l’ambassade d’Algérie en Libye, Larbi Zitout s’est réfugié à partir de 1995 en Angleterre. L’homme a tourné le dos à l’Algérie dès les premières années de son exil à l’étranger.

Et pour cause, Larbi Zitout a été récupéré rapidement par Maha Azzem, l’activiste britannique d’origine égyptienne, la femme des réseaux qataris et turcs dans le milieu des activistes arabes et musulmans en Occident. La controversée lobbyiste britannique trouve les fonds nécessaires pour financer Larbi Zitout et permettre à Mourad Dhina de fonder la fondation AL-Karama en Suisse. Ces fonds attirent les sympathisants, mais l’argent ne suffit pas de créer un véritable mouvement politique. Aujoud’hui, Rachad tente de récupérer des blogueurs, activistes qui ont une influence sur le Hirak pour les entraîner dans une nouvelle alliance afin de redonner du souffle à leur mouvement. A Paris, Rachad s’est lancée dans une rude bataille avec pour but d’occuper le Hirak de la place de la République, le Hirak de la diaspora algérienne. Leur dernière bataille à travers laquelle le mouvement « de 4 chats » espère conquérir une certaine influence sur l’opinion publique algérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. mouatène 18:58 - juillet 19, 2020

    alors là !!! Monsieur Skander, en toute démocratie, de par votre objectivité dans cette histoire, vous venez de gagner mon estime. bonne journée.

  2. Benaldjia 13:39 - juillet 20, 2020

    Ils sont employés et captifs à rendre des jugements arrogants, à exploiter les faiblesses et les besoins et à transformer tout cela en un langage politique. Ils dictent des ordres à l’Algérie, à son président et à tous les algériens impliquées dans l’axe « algérie avant tout ».
    Ils ne prennent jamais de risques, ils ne disent rien de nouveau pour le bien du pays et ils ne soutiennent jamais l’Algérie dans les conflits qu’elle combat avec les agresseurs géopolitiques.
    Ils ne recueillent que des critiques et ne parlent qu’avec des ragots. Ils vendent ce qu’ils trouvent bon pour couvrir leur mensonge. Ils utilisent une technique unique, propre à leur gouvernence, à savoir, dire un mensonge et le répéter assez souvent pour finir par lui conférer un pouvoir de vérité. Personne ne peut les approcher à cause de leur arrogance et de leur intention malveillante .
    Ils attaquent tous ceux qui se battent pour ce pays, et ils essaient de les mépriser et de saper leur statut avec l’aide de la tutelle est de leur collaborateurs, ils dépendent de ceux qui se trouvent derrière l’Atlantique pour guider leurs attaques.
    Leur but la liquidation géographique, historique de cette région ! Ils n’ont été initiés que pour ce projet !
    Bien que ce soit le cas; c’est normal pour certains d’entre eux qui ont vendu leurs âmes au diable, veulent se libérer du fardeau de l’histoire, de la responsabilité de la géographie et de cette génétique politique. C’est normal pour ceux qui en ont marre de la lutte, qui ne veulent pas en payer le prix . Mais il n’est pas normal qu’ils cachent tout cela sous une autre couverture, soient jetés dans d’autres agendas, concluent d’autres arrangements !!
    C’est un aveuglement politique terrifiant, d’échapper à la lutte pendant des siècles est laisser l’Algérie seule à ses ennemis d’hier et d’aujord’hui.
    Mais ils ont largement sous-estimé importance de leur peuple , en pensant qu’ils pourraient avec succès provoquer un retour aux années des coups d’Etats successifs et déstabilisateurs qui avaient suivis l’indépendance en 1962 !
    Ils oublient que le l’histoire Algérienne est millénaire et représente l’une des civilisations les plus riches de tous les temps. donnant à cet effet, aux algériens un sens inébranlable du patriotisme qui allait plus tard se révéler être l’une des meilleures défenses contre cette hostilité (solidarité civilisationnelle algéro-algérienne oblige).

    1. Benaldjia 17:11 - juillet 20, 2020

      « il y a lieu de lire » : ils ne soutiennent jamais l’Algérie dans les conflits qu’elle combat contre les agresseurs géopolitiques.
      « Aulieu de lire »: ils ne soutiennent jamais l’Algérie dans les conflits qu’elle combat avec les agresseurs géopolitiques.

  3. sour el ghozlane 09:15 - juillet 22, 2020

    fausse information de ce juif skandar …..maghreb intebecile

  4. samy 10:21 - juillet 24, 2020

    Vous vous trompez de combat!

  5. Allo118 23:40 - juillet 27, 2020

    Loooool. Ragez encore et encore. Vous êtes minables à vouloir expliquer que le danger c’est rachad qui n’a jamais rien géré en algérie, en lieu et place des véritables requins qui ont piétiné tout un peuple et confisqué ses ressources. Vous êtes une blague , si vous croyez encore qu’en 2020 y’a des gens capables d’avaler ce genre de salades. Il faut faire un update à votre logiciel périmé