Exclusif : Le plan audacieux pour « démonétiser » le général Chengriha et le président Tebboune

C’est une contre-attaque savamment orchestrée. Un coup dans la carotide qui risque de mettre définitivement groggy le chef de l’état-major algérien, le général-major Saïd Chengriha.

Selon des sources bien informées à Paris, l’ancien secrétaire particulier du général Ahmed Gaïd Salah disparu en décembre 2019, Guermit Bounouira, a été utilisé par de hauts gradés mécontents et d’anciens hauts responsables aujourd’hui à la retraite pour « exécuter moralement » le général-major Chengriha.

Les sources de Maghreb-intelligence affirment que les généraux algériens, aujourd’hui influents, ne sont plus d’accord avec les postures prises par le chef d’état-major. L’interventionnisme flagrant de Saïd Chengriha dans les affaires politiques et diplomatiques nuit énormément à l’image de l’Algérie. Son bellicisme brutal contre le Maroc est également pointé du doigt. « Jamais le pouvoir algérien n’a jamais été aussi loin envers son voisin de l’Ouest. Chengriha ne laisse aucune voie à la réconciliation, ce qui inquiète les autres hauts gradés et le ministre des Affaires étrangères Ramatane Lamamra », assure à Maghreb-intelligence un diplomate français, longtemps en poste à Alger.

« Les révélations de Bounouira sur Chengriha est une manière de tirer les oreilles du vieux patron de l’armée et de lui signifier qu’il est allé très loin sur plusieurs dossiers », ajoute notre source. Le premier à avoir tirer la sonnette d’alarme est le ministre des Affaires étrangères. Ramatane Lamamra s’en est ouvert à plusieurs généraux se plaignant de « l’incompétence » du président Tebboune qui s’aligne sans brancher sur « les incursions très maladroites » de Saïd Chengriha.

Face aux révélations de Guermit Bounouira, le supposé puissant de l’ANP est resté coi. C’est dire, l’isolement et le désarroi dans lequel il se retrouve en ce moment.

D’ailleurs, les observateurs ne donnent pas cher de sa peau. Vu son âge et la coalition qui s’est constituée contre lui, il n’est exclu que le général Saïd Chengriha soit poussé sinon vers la sortie du moins vers une éclipse médiatique. Son alter égo, le président Tebboune sera, selon les sources de Maghreb-intelligence astreint à une communication a minima… en attendant des jours meilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *