Exclusif. Qui est le prince émirati qui a rencontré Gaïd Salah à Béchar ?

Dans la soirée du 20 au 21 mars, un avion de transport VIP émirati atterrit sur le tarmac l’aéroport Boudghene Ben Ali Lotfi de Béchar. A son bord des personnalités militaires et civiles d’Abou Dhabi venues rencontrer discrètement le nouvel homme fort de l’Algérie, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, en visite d’inspection dans la 3ème région militaire, l’une des plus importantes du pays.

D’après quelques indiscrétions recueillis par Maghreb Intelligence, c’est Cheikh Tahnoon bin Zayed, en sa qualité de conseiller à la sécurité de Mohamed bin Zayed, accompagné du général-major Faris El-Mazroui, ministre d’État, conseiller des affaires présidentielles émirati qui auraient été envoyé par MBZ afin de presser le vice-ministre algérien de la Défense de prendre les devants et de déposer le président Abdelaziz Bouteflika ou de le pousser à quitter le pouvoir. Les émissaires émiratis ont tenu à ce qu’ils rencontrent leur hôte dans une région éloignée des yeux et des oreilles des chancelleries occidentales et de leurs services de renseignements très présents dans le Nord du pays.

Inquiets des images de ce nouveau printemps contestataire qui est retransmis en direct depuis l’Algérie, les émiratis ont redoublé la pression sur le général Ahmed Gaïd Salah qu’ils connaissent très bien. Le chef d’Etat-major avait effectué vers la mi-février dernier une visite aux Emirats Arabes Unis en marge du salon international de défense “IDEX-2019”.Cinq jours après, en visite dans la 4ème région militaire à Ouargla, Gaïd Salah demande publiquement que soit engagée une procédure d’empêchement prévue lorsque le président de la république se trouve « dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. B. 14:35 - avril 16, 2019

    .

  2. lalaoui 01:58 - avril 17, 2019

    Et alors tous le monde est dans la stratégie et la géostratégie sauf les cons, vous même, vous seriez dans la géolocalisation,vous présentez les chose comme de l’espionnage à deux sous, James Bond de bas étage, des choses complètement élémentaires pour vous c’est du sensationnel, des scoops, moi je trouve que vous écrivez juste pour noircir du papier, vous ferez jamais long feu, le vent va se retourner, vaut mieux changer de métier

    1. momo 19:01 - avril 17, 2019

      bien dit

  3. lalaoui 02:17 - avril 17, 2019

    L’affaire de Khadidja BENGANA, commentatrice tv sur l’affaire de l’écharpe brandie par Med 6,la fin de votre article du 16 Nov 2017 se terminait par affaire à suivre, ou est la fin, on fatigués d’attendre, on doit aller faire du shopping à Marrakech

  4. Fennec 13:30 - avril 17, 2019

    Je pense que le Général est un vieux renard.
    Il ne faut jamais faire confiance aux ÂNES DU DÉSERT
    Collabos de L’occident.

  5. Yazid 14:34 - avril 17, 2019

    vous essayez toujours de déstabiliser le mouvement populaire, vous ne pouvez pas,l’Algérie est plus grand que vous, ça c’est un article provocateur, vous nous prenez pour des bêtes ou quoi !!!

  6. lalaoui 03:04 - avril 18, 2019

    ou sont mes commentaires bande de gueux?

  7. El hadi 10:22 - avril 21, 2019

    Argument faible avec une théorie expirée les Algériens ne croie pas au père Noël.

  8. ZIAD 19:55 - avril 22, 2019

    Gaïd Salah C’est l’Homme des émiratis et c’est un secret de polichinelle.Sachant que ces très riches émératis utilisent leurs ressources financières pour acheter des infos auprès de divers services secrets étrangers,la question est par quels moyens ces bédouins tiennent Gaïd Salah ?