Exclusif. Tebboune ouvre les négociations avec l’opposition algérienne pour isoler le Hirak

Le nouveau Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a déjà déployé sa ruse pour isoler le Hirak, le mouvement populaire algérien. Le nouveau locataire du Palais Présidentiel d’El-Mouradia a lancé les pourparlers avec l’opposition classique algérienne. Des messages cordiaux ont été adressés ces jours-ci à plusieurs présidents de partis de l’opposition modérée comme Sofiane Djilali, Abderrazak Makri du MSP ou Abdellah Djaballah, l’un des plus anciens leaders de l’islamisme modéré en Algérie.

L’homme qui devra conduire les pourparlers s’appelle Mohamed Messaid, l’homme de confiance de Tebboune et le nouveau secrétaire général de la présidence algérienne. Tebboune est prêt à promettre des portefeuilles ministériels ou des nominations au sein des plus importantes institutions de l’ETAT de personnes émanant de ces formations politiques.

Avec ces concessions, Tebboune espère réduire le Hirak à une simple expression anarchique de la rue dépourvue de dimension politique. Une manière pour lui de discréditer le Hirak et d’accélérer les pressions pour faire rentrer les Algériens chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Malek Hachache 03:42 - décembre 24, 2019

    Des histoires à dormir debout depuis 1962 à ce jour ne tromperont personne et ne serviront à rien

  2. Hachache 03:48 - décembre 24, 2019

    Pour les partis politiques Algeriens, ils ne représentent qu’eux même.
    L’opposition est dans la rue et les rangs du HIRAK discrets et inconnus donc forts . Le pouvoir ne peut pas les connaitre pour les atteindre.
    La lutte continue dans l’espace et la temps que la jeunesse pourra gérer
    Pour une victoire certaine.

  3. B.Boudinar 10:25 - décembre 24, 2019

    Les partis politiques sont réduits à leur plus simple expression en Algérie. Des partis sans base populaire consistante ne peuvent changer radicalement la donne. Le niveau de conscience atteint par le peuple grâce aux réseaux, aux médias, et grâce à l’école de la rue, et l’exasperation induite par le mepris envers le peuple, indiquerait que la solution devrait passer par des compromis serieux avec le hirak.

  4. Nimour 18:33 - décembre 24, 2019

    Salam,
    Tout est bien ,finit bien.

  5. mustafa. 01:01 - décembre 25, 2019

    ON PRENDS LES MEMES ET ON RECOMMENCE A PILLER L ALGERIE NOUS AVONS UN PRESIDENT ELU AVEC 57% DE 10% D ELECTEURS SOIT 5% DES VOIX SUR UNE ABSTENTION NORMALE QUEL EST LE PRESIDENT DANS LE MONDE LIBRE DEMOCRATIQUE QUI GOUVERNE ET BERNE LA RUE AVEC 5% DES VOIX ???
    PERSONNE
    AVEC 5% IL VEUT ENCERCLER ET ETTOUFFER LE HIRAK PAR DES MANOEUVRES CIRCULAIRES ? CE SONT LES MEMES QUI RECOMMENCENT L ALGE
    RIE EST DANS LE NOIR ABSOLU

  6. Samy Foura 15:59 - décembre 25, 2019

    Le président Tebboune qui vient juste de prendre ses fonctions veut rompre avec le système incarné par Bouteflika et Gaïd Salah. Malgré son élection contestable il semble sincère de vouloir rompre avec ce système hérité du parti unique dont le peuple algérien demande le départ depuis 10 mois et l’instauration d’un Etat de droit avec les mêmes chances pour tous les citoyens.

    1. Naceur 18:47 - décembre 28, 2019

      L’un n’exclut pas l’autre !! Lui il est dans son rôle et le hirak doit poursuivre son combat et si chance …..!!? Il y a croisement d’intérêt et de bonne volonté par des gestes forts…c la délivrance pour tous.

    2. Oumar 20:02 - décembre 29, 2019

      Un homme qui a courtisé ceux qui ont voulu la destruction de l’Algérie et dont le fils est responsable d’un trafic de drogue ne représente que lui-même. L’Algérie mérite mieux que le produit d’une election truquée.

    3. Samir 20:36 - décembre 29, 2019

      C un changement dans la continuité…depuis 62…oulid fellah restera tjr fellah…dixit Chadli..

  7. Mansour Essaïh 23:55 - décembre 25, 2019

    Encore un  »74 ans ». Décidément, la gérontocratie est rétive, collante, hargneuse et refuse de lâcher prise. Elle ne cède que lorsqu’elle est sur une civière pour un voyage vers l’au-delà.

    Tab….., Sauf votre respect, n’a désigné personne. Il n’a fait qu’exécuter, la mort dans l’âme, le testament que lui a laissé le défunt Caïd, que le Seigneur ait pitié de son âme. La εîssaba des lascars à la tête de l’armée est là pour veiller au grain.

    Un président de la république civil (PRC) ne peut passer outre les instructions du Présent Directeur Général de la république (PDGR), même s’il est en train de manger les pissenlits par les racines.

    Le PDGR s’est tué, au sens vrai du terme, pour arriver à l’un de ses deux objectifs principaux. Le premier était de désigner un PRC en appliquant une constitution écrite qui n’a rien à envier aux dictats non écrits de Kim Jong-un. Cette constitution dont les articles 7 et 8 qui y figurent sont des somnifères puissants qui ont maintenu le peuple algérien dans l’étourdissement total pendant 57 ans !

    Son deuxième objectif était de mater, au nom de la ‘’légalité constitutionnelle’’ et de la ‘’légitimité des urnes bourrées à craquer’’, le Hirak révolutionnaire béni qui empêché la εîssaba de profiter du moindre petit somme pendant, voilà, plus de dix mois maintenant.

    Mais ce n’est que partie remise. La εîssaba a toujours un plan ‘’B’’ dans sa poche. Tout a été minutieusement prévu pour qu’ en cas d’imprévu, Jong-Riha remplace immédiatement l’ex-PDGR pour terminer son œuvre inachevée. Celle de déclarer l’état d’urgence et de casser les os de quiconque oserait mettre le nez en dehors de sa maison.

    Avec Jong-Riha, les algériens doivent encore prendre leur mal en patience pendant encore pour quelques années. Combien ? Seul Allah sait. Puisse-t-il faire précipiter l’heure du soulagement !

  8. Saïd 22:02 - décembre 28, 2019

    Les anciens militaires vont réglés leurs problèmes les loups vont se manger entre eux les cannibales il faut qu’ils finissent de vider les caisses du bled des nouveaux arrivent pour se remplir les poches pauvre pays mon Algérie que j’aime tant vive hirak vive l’Algérie ils ont salis nôtres drapeaux les voleurs

  9. SIHEM MABROUK 22:49 - décembre 28, 2019

    CETTE CHOSE ESR PIRE QUE BOUTEF. NON SEULEMENT IL EST ILLEGITIME, MAIS USE DE TOUS LES SUBTERFUGES POUR SE MAINTENIR SUR LE TRÔNE ET HUMILER LE HIRAK.

  10. Kameloo 12:10 - décembre 29, 2019

    Vous voyez un peu le système ils ont viré tout le monde et ils ont mis pas mal de personnes en prison pour corruptions et tout ça grâce à Rachid nekkaz qui a ramené toutes les preuves et ils reviennent de l’autre côté tranquillement et tout le monde va revenir comme si de rien était.

  11. Bedad Mohammed 17:47 - décembre 29, 2019

    Je demande au président de liberer les detenus politique avant de négocier avec qui que ce soit.

  12. Mahgoura 11:23 - janvier 2, 2020

    Le meilleur pays en Afrique, et la 1ère puissance économique, et militaire, c’est bien sur, le MAROC !!!!,…..
    Le dernier, et le pire pays en Afrique, bon dernier, c’est bien sur, l’Algérie en faillite, et en révolution ?!,…..
    Le meilleur dirigeant africain c’est sa majesté le Roi sage prince des croyants, et des pauvres Mohamed VI !!!!

  13. badaoui 17:41 - janvier 4, 2020

    Il a la volonté, et les bonnes intentions de réformer, et de restructurer
    Les institutions, et l’économie de l’Algérie, malgré les grandes défis,
    Et les grandes difficultés,
    Il lui faut laisser le temps, pour le juger après