Fouzi Lekjaâ, le pire retour sur investissement du football mondial

La pilule de l’élimination prématurée de l’équipe nationale du Maroc lors du tournoi de la CAN en Egypte a toujours du mal a passé. Alors, que les responsables du football marocain ont promis rien que la victoire finale, les Lions de l’Atlas ont été « humilié » par une modeste équipe du bénin qui ne les avait jamais battu auparavant. Il faut dire que l’équipe du Maroc avait tour pour aller au moins jusqu’à la finale. D’ailleurs, le patron du football chérifien, Fouzi Lekjaâ, n’a jamais caché son ambition de hisser le Maroc sur le toit du football africain. Une ambition contrariée malgré la débauche de moyens consentis à cet effet. Le Fédération royale marocaine de football dirigée par Fouzi Lekjaâ depuis plus de cinq ans dispose du plus grand budget du continent, selon des sources bien informées. Rien à voir avec le budget squelettique du Bénin qui a pourtant battu le Maroc en huitième de finale de la CAN. Rien à voir également avec ceux de l’Algérie du Nigéria ou de la Tunisie toujours en lice pour remporter la coupe.

Selon plusieurs observateurs, ce fiasco footballistique (sortie du premier tour de la Coupe du monde et aux huitièmes de finale de la CAN) et ce malgré les millions de dollars consacrés à l’équipe nationale est dû à la gestion « centralisée chaotique » de Fouzi Lekjaâ, président de la FRMF. Arrivé à la tête du football marocain à l’issue d’un deal politique, le directeur du budget au ministère des Finances et protégé d’Ilyas Omari, n’a jamais caché ses ambitions politiques. Ses amis savaient qu’il voulait coûte que coûte devenir ministre des Finances. Et c’est dans cet objectif qu’il a mis tous les moyens de la fédération de football au service de cette ambition. Aujourd’hui, la maison « Fouzi Lekjaâ » menace sérieusement de s’écrouler. Il semblerait que ce serait l’unique moyen de sauver le football national et les millions de dollars qui lui sont consacrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *