KIA dame le pion à Peugeot et lance son usine en Algérie 

Alors que les réseaux et les lobbyistes français à Alger n’ont eu de cesse de s’activer pour contrer la concurrence sur le marché de l’automobile en Algérie, le constructeur sud-coréen KIA vient de rafler la mise avec le déblocage de son dossier d’investissements et le feu vert obtenu au lancement de son usine. Les Algériens peuvent d’ores et déjà procéder aux premières commandes de la toute nouvelle Rio produite par Kia Al Djazaïr sera assemblée sur le site de l’usine de Batna, à l’est du pays. Elle est la troisième unité de montage en activité après celles du géant français Renault et du sud-coréen Hyundai et introduites en Algérie par Mahieddine Tahkout, l’un des milliardaires les plus puissants du pays. 
Kia a réussi là où Peugeot continue d’échouer, investir le très stratégique marché algérien, le plus important du continent africain, avec un potentiel de ventes de l’ordre de quelque 400.000 véhicules par an. Un véritable jackpot auquel Peugeot n’arrive toujours pas accéder, pourtant vital pour la marque française qui fut longtemps le deuxième vendeur de voitures en Algérie. Le constructeur français voit donc ses parts de marché fondre sous puisque seules les automobiles assemblées en Algérie peuvent être vendues dans le pays, selon une loi de 2015/2016. Les pertes sont énormes pour Peugeot et les réseaux français ont vécu l’arrivée de Kia comme un véritable coup de massue. Kia Al Djazaïr est détenue en Algérie par le groupe Global Group dirigé par la famille Arbaoui qui réside à Batna. Il s’agit de cousins de l’ancien ministre de l’Industrie et des mines, Abdesslam Bouchouareb. Et lorsque ce dernier a été éjecté du gouvernement l’été dernier, le projet Kia a connu de sérieux ralentissements au point de risquer la simple et pure disparition sous l’ère Tebboune, l’ancien premier ministre qui nettoyait tous les contrats conclus par Sellal et Bouchouareb. Les Arbaoui ont finalement réussi à tirer leur épingle du jeu depuis l’arrivée d’Ouyahia, en prenant leur distance avec leur désormais encombrant cousin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Karim 22:05 - octobre 25, 2017

    Primo : cette usine est la 4eme du genre puisque vous avez oublié de citer l’usine d’assemblage sovac a relizane.

    Secondo ce ne sont pas seuleument les vehicules assemblés localement qui sont vendus en Algerie mais aussi les vehicules importés qui sont soumis a des licences d’importation.