Le CNI accuse les pays arabes de financer l’islamisme en Espagne

Les services de renseignements espagnols -CNI- semblent vouloir donner un coup de main à la droite conservatrice espagnole lors des prochaines élections. En tout cas, les révélations faites dans le quotidien [onlypaid]« El Pais » par Ignacio Cembrero qui cite une note confidentielle du CNI, ne servent pas les intérêts électoraux du PSOE. En effet, d’après le quotidien madrilène, le général Félix Sanz Roldan s’était alarmé le 16 mai dernier, dans une note secrète envoyée aux ministres de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Défense, de l’aide financière apportée aux 1,2 million de musulmans résidant en Espagne par l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Kuwait, les Emirats, la Libye et surtout le royaume du Maroc. La note du CNI est un véritable réquisitoire. Elle estime que l’aide apportée par les pays musulmans a généré une dérive négative pour l’intégration des populations musulmanes dans la société espagnole. La note pointe du doigt l’apparition de ghettos islamistes où règnent des tribunaux et une police islamistes en marge de la légalité. En outre, le document du CNI estime qu’en Espagne, il n’existe pas assez de contrôle sur les flux financiers en provenance de l’étranger et notamment des riches monarchies du Golfe. Si la note évoque le rôle du Maroc, elle n’apporte en revanche aucune précision sur la manière dont le royaume chérifien finance l’islam dans la péninsule ibérique. Par contre, le CNI révèle dans le détail, les institutions des pays du Golfe qui financent les mosquées et les associations musulmanes espagnoles. [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *